Tremblay-en-France : une proviseure agressée et des policiers visés par des tirs de mortiers

Par , publié le
Faits Divers Des policiers dans une rue de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, où un millier de plants de cannabis ont été retrouvés dans une maison, le 9 novembre 2014
Des policiers dans une rue de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, où un millier de plants de cannabis ont été retrouvés dans une maison, le 9 novembre 2014

La proviseure d’un lycée de Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis a été frappée ce lundi matin devant son établissement. Des jeunes s’en sont ensuite pris aux forces de l’ordre notamment avec des mortiers artisanaux.

Nouvel acte de violence contre un membre d’une équipe éducative dans un établissement français. La proviseure d’un lycée de Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis a été frappée ce lundi matin à la grille de son établissement.

À la suite de cette agression, des jeunes s’en sont pris aux forces de l’ordre appelées pour sécuriser les lieux.

Agressée alors qu’elle tentait de calmer la situation

Cette matinée très tendue, rapportée par nos confrères du journal Le Parisien, a débuté aux alentours de 8h. Des individus postés devant le lycée professionnel Hélène-Boucher se seraient livrés à des actes de dégradations.

Constatant la scène, la proviseure de l’établissement serait allée à la rencontre de ces derniers pour tenter de les calmer. Subitement, l’un d’entre eux lui aurait porté des coups. La police est alors appelée sur les lieux, mais la violence reprend alors de plus belle.

Des tirs de mortiers artisanaux

Arrivés sur les lieux, les policiers se font rapidement prendre à partie par les membres de la bande responsables des dégradations et de l’agression de la proviseure. Des tirs de mortiers artisanaux et des cocktails molotovs visent les forces de l’ordre. Une cinquantaine de jeunes seraient impliqués dans ces échauffourées, dont une dizaine se sont montrés particulièrement virulents selon des sources proches de l’enquête.

C’est la troisième fois en quelques jours que la violence frappe aux abords de cet établissement. Le 10 octobre, une trentaine de jeunes s’étaient affrontés devant l’enceinte du lycée à coups de barres de fer. Quatre jours plus tôt, deux véhicules avaient été incendiés devant l’établissement.

La proviseure a été transportée à l’hôpital pour des examens complémentaires.

Crédits photos : © AFP/Archives THOMAS SAMSON

Partager cet article