Travailleurs détachés : Valls souhaite une directive plus équitable

Par , publié le
France Manuel Valls le 6 juin 2016 à Paris
Manuel Valls le 6 juin 2016 à Paris

Le Premier ministre Manuel Valls a expliqué que sans des négociations avec Bruxelles, la France pourrait ne plus appliquer la directive sur les travailleurs détachés.

Alors qu'il était invité sur le plateau de l'émission "Vie politique" hier sur TF1, le Premier ministre Manuel Valls s'est exprimé quant à la directive européenne sur les travailleurs détachés, menaçant de ne plus l'appliquer si Bruxelles refuse les négociations.

La directive européenne sur les travailleurs détachés en question

La directive européenne sur les travailleurs détachés date de 1996. C'est un dispositif qui permet à un salarié d'un pays membre de l'Union européenne de pouvoir travailler dans un autre pays membre en touchant le salaire local et en respectant les réglementations du travail du pays qui l'accueille, tout en étant soumis aux cotisations sociales du pays d'où il est originaire.

Manuel Valls dénonce un dumping social et souhaite un alignement "par le haut". "Il faut changer, il doit y avoir une égalité de traitement, par le haut, pour lutter contre le dumping social, on doit payer les cotisations sociales les plus élevées" déclarait ainsi le Premier ministre français.

Si Bruxelles décidait de faire la sourde oreille, Manuel Valls menace de ne plus appliquer cette directive sur les travailleurs détachés qui est selon lui un "un "dispositif européen qui fait des ravages majeurs, terribles, dans le monde des salariés, le monde ouvrier".

Le secteur BTP est le plus concerné

Le recours au personnel détaché prend de plus en plus d'ampleur ces dernières années et c'est le domaine des BTP qui est le plus concerné par ce phénomène. En 2015, le détachement a concerné 286.025 travailleurs, soit une hausse de 25% par rapport à l'année précédente, selon les chiffres de la Commission nationale de lutte contre le travail illégal (CNLTI).

En France, les travailleurs détachés les plus représentés sont les polonais (47.000), suivent ensuite les portugais (44.456), les espagnols (35.231) et les roumains (30.594).

Crédits photos : © AFP DOMINIQUE FAGET

Partager cet article

Pour en savoir plus