Toyota rappelle 6,5 millions de voitures dans le monde, 100.000 en France

Par , publié le
Économie Illustration. Une enseigne de la marque automobile Toyota.
Illustration. Une enseigne de la marque automobile Toyota.

Le japonais Toyota a annoncé mercredi le rappel au garage de 6,5 millions de véhicules, la France est concernée par 100.000 d'entre eux. C'est un lève-vitre défectueux qui est en cause.

"Vérifier le bon fonctionnement de la commande principale de lève-vitre". Voici la raison pour laquelle Toyota demande le rappel de 6,5 millions de véhicules à travers le monde. Le géant automobile précise que des risques de "surchauffe" et de "dégagement de fumée" sont possibles.

Rappel massif de Toyota : quels sont les véhicules concernés ?

Dans le détail, 10% de ce total concerne le Japon, 2,7 millions aux Etats-Unis, 1,2 million en Europe, et 2 millions dans le reste du monde. Enfin, la France est quant à elle affectée à hauteur de 100.000 voitures. Tous les modèles en question sont sortis des chaînes de montage entre 2005 et 2010, et parmi eux des Yaris, Corolla, RAV4 ou encore Camry.

Si Toyota précise qu'"aucun cas d'accident attribué à ce problème n'a été rapporté", il évoque cependant celui d'un usager américain dont la main fut brûlée, ainsi que 11 signalements de dommages matériels.

Le lève-vitre en cause

Mais quel est ce défaut de fabrication en cause ? Le géant automobile nippon précise que "les modules de contact électrique de la commande principale de lève-vitres côté conducteur (qui contrôle l'ensemble des vitres de la voiture) sont lubrifiés par de la graisse dont la pulvérisation a pu être effectuée de manière irrégulière lors de la fabrication". En conséquence, "de petits débris peuvent s'accumuler entre les bornes, là où la graisse a été insuffisamment appliquée". Enfin, ces débris "peuvent déclencher un court-circuit causant une surchauffe de l'ensemble de l'interrupteur et un risque qu'il fonde, avec un possible dégagement de fumée".

En 2014 déjà, Toyota avait du rappeler une grosse quantité de véhicules siglés de la marque Takata, qui appartient également au groupe. En cause cette fois, des airbags défectueux.

Crédits photos : Aggie 11 / Shutterstock.com

Partager cet article