Toulouse : un homme tué et un autre blessé par balles

Par , publié le
Faits Divers Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)
Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)

Dans la nuit de mardi à mercredi, à Toulouse, un homme a été tué par balles dans des circonstances inconnues. L'individu qui se trouvait alors avec lui est pour sa part ressorti blessé des tirs reçus.

Rien ne semble pour l'heure pouvoir expliquer le pourquoi du comment. Dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 juin, un homme a été tué par balles à Toulouse après avoir été la cible de plusieurs tireurs. Un autre individu qui se trouvait alors avec la victime est pour sa part ressorti blessé des coups essuyés.

Nos confrères de Francetv info précisent que la fusillade est survenue entre la place Martin Luther King et la place Tel Aviv, dans le quartier du Mirail. Peu avant les faits, la zone était occupée, nous dit-on, par un groupe de six personnes. D'après une source policière, c'est à ce moment que deux scooters ont déboulé dans la rue André Maurois, et un passager de l'un des deux-roues d'avoir ouvert le feu.

Fusillade à Toulouse : mort d'un homme de nationalité russe

Entre autres preuves qu'une fusillade a bien éclaté à cet endroit, un nombre important d'impacts de balle y ont été observés après coup. Deux personnes ont été touchées à des degrés divers. Un homme de nationalité russe et d'origine tchétchène, grièvement blessé, a été pris en charge par les secours et transporté à l'hôpital Rangueil. La victime, âgée de 32 ans, y rendra son dernier souffle.

Des suspects en fuite

L'autre personne touchée par les balles, un homme âgé de 28 ans, a pu s'enfuir et c'est un automobiliste qui lui aura permis d'atteindre le CHU de Purpan pour y être traité. Ses blessures apparaissaient quant à elles relativement superficielles.

Le tireur et ses complices ont depuis pris la fuite, des suspects dont la localisation fait désormais l'objet d'une enquête confiée au SRPJ (Service régional de police judiciaire) de Toulouse. Il va également s'agir pour les autorités de déterminer les circonstances précises des faits et si le ciblage, volontaire ou non, des deux victimes était intervenu dans le cadre d'un règlement de comptes.

Crédits photos : jean schweitzer/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus