Toulouse : décès d'un octogénaire, victime d'une crise cardiaque dans un sex-shop

Par , publié le
Faits Divers Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)
Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)

Dimanche après-midi à Toulouse, un homme de 81 ans a été victime d'une crise cardiaque fatale alors qu'il regardait un film pornographique dans un sex-shop.

Très peu de détails ont été rapportés sur ce drame, dont les quelques éléments décrits permettent cependant de se faire une idée possiblement proche de la réalité des faits. Dimanche après-midi à Toulouse, un octogénaire est mort d'une crise cardiaque alors qu'il se trouvait dans un sex-shop.

Il est aux environs de 15h30 lorsque les pompiers de Haute-Garonne sont appelés à intervenir pour un cas de malaise cardiaque. Le lieu où se trouvait la victime, un homme âgé de 81 ans selon nos confrères de Côté Toulouse, aura quelque peu pu surprendre les secours puisqu'il s'agissait d'un sex-shop.

Mort d'un octogénaire dans un sex-shop : il regardait un film

Les soldats du feu indiquent cependant qu'à leur arrivée sur place et celle du SMUR (Service mobile d’urgence et de réanimation), l'homme avait déjà succombé à sa crise cardiaque. Si l'on ignore précisément la cause de cette attaque, on apprend que l'octogénaire aurait été frappé d'un malaise alors qu'il était en train de regarder un film pornographique. Des circonstances que les autorités auront à confirmer ou démentir.

Un client s'était retrouvé enfermé en 2015

Ce n'est pas la première fois qu'un décès survient dans ce type d'établissement. Il y a pratiquement trois ans jour pour jour de cela, un homme avait été retrouvé mort dans un sex-shop de Rennes. Un quinquagénaire victime lui aussi d'une crise cardiaque et qui n'avait pas ses papiers sur lui au moment des faits.

Plus légèrement, en mars 2015, le client d'un sex-shop de Toulouse s'était retrouvé enfermé dans le bâtiment après s'être endormi à l'intérieur d'une cabine de visionnage. Il aura été découvert dans la nuit par des policiers après avoir déclenché par inadvertance le système de sécurité. Et les autorités d'avoir finalement consenti à le laisser partir après que cet homme de 35 ans leur a assuré qu'il s'était assoupi des heures durant.

Crédits photos : jean schweitzer/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus