Toulon : Le site de la ville piraté lors de la visite de Bernard Cazeneuve

Par , publié le
Web Pirate informatique. Photo d'illustration.
Pirate informatique. Photo d'illustration.

En pleine visite de Bernard Cazeneuve à Toulon, le site de la ville est tombé aux mains des hackers de la Moudjahidins Team.

Depuis l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015, de nombreux sites officiels de communauté et de municipalités ont été la cible de pirates informatiques, la plupart se revendiquant d’organisations islamiques.

Alors que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve était en visite officielle ce dimanche à Toulon pour inspecter les dispositifs de sécurité mis en place pour le 15 août, le site Internet de la ville a été victime d’un hacker appartenant au « Moudjahidin d’Algérie ».

Des images de charniers

Les internautes désireux de recueillir des informations sur la ville de Toulon ont dû être surpris dimanche en tombant sur une page d’accueil affichant « Hacked By Moudjahidin Team ». Une technique que l’on appelle le défaçage dans le jargon, qui consiste à remplacer la page d’accueil d’un site par un message de revendications.

Dimanche, la page d’accueil du site de la ville de Toulon affichait plusieurs photos, notamment celle d’un drapeau algérien et une image de charnier, ainsi qu’un texte.

Enquête en cours

Informé de ce piratage, Bernard Cazeneuve a indiqué que « tous les moyens du ministère mobilisés » pour retrouver le pirate à l’origine de l’attaque. Les équipes de la plateforme de lutte contre la cybercriminalité Pharos sont sur le pont pour remonter la piste du hacker.

Selon Le Parisien, en effectuant une recherche sur Google, le site de la communauté d’agglomération affichait dans les résultats de recherche « hacked by Red Hell Sofyan » (« piraté par Red Hell Sofyan »). Un pirate qui a déjà fait parler de lui à de nombreuses reprises, notamment lors d’une attaque sur le site de la mutuelle des personnels d’Air France, en mars 2015.

Le pirate est souvent associé à « La cyberarmée d’Algérie » (« Algeria Cyber Army ») ou l’AnonGhost Team., « Red Hell Sofyan » serait l’auteur de 391 attaques virtuelles depuis 2014, en France, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Danemark, à Hong Kong ou encore au Brésil. Le message est à chaque fois le même, faisant référence au massacre de Sétif le 8 mai 1945 en Algérie.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article