Scandale des moteurs truqués : Volkswagen toujours sous pression

Par , publié le | modifié le
Économie
Affaibli par le scandale des moteurs diesel truqués, Volkswagen a reconnu qu'il allait devoir passer de nouvelles provisions dans ses comptes de 2016

Si l'horizon de Volkswagen s'éclaircit aux Etats-Unis, le géant allemand de l'automobile demeure sous forte pression à cause du dieselgate alors que de nombreuses plaintes subsistent et que la direction de l'époque est plus que jamais dans le viseur des enquêteurs.

Mardi, en plein salon automobile de Detroit, le colosse aux douze marques de voitures, camions et moto comprenant Audi, Skoda et Porsche, a annoncé des discussions avancées avec les autorités américaines pour clore l'affaire des moteurs truqués aux Etats-Unis.

Cet accord préliminaire, qui doit recevoir entre autres le feu vert du conseil de surveillance de VW, mettrait un terme aux poursuites pénales américaines contre le constructeur, disposé à plaider coupable.

Volkswagen accepterait de débourser 4,3 milliards de dollars en plus des 17,5 milliards déjà consentis pour satisfaire autorités, clients et concessionnaires mécontents dans le pays.

Une bonne nouvelle, tant le créateur de la Coccinelle a besoin de mettre dernière lui les répercussions gigantesques de sa tricherie sur 11 millions de véhicules diesel dans le monde, dont 600.000 aux Etats-Unis, manipulation destinée à en minimiser le niveau réel d'émissions polluantes et révélée fin 2015.

Le PDG de Volkswagen Matthias Müller, à Wolfsburg (nord de l'Allemagne) le 18 novembre 2016

Le PDG de Volkswagen Matthias Müller, à Wolfsburg (nord de l'Allemagne) le 18 novembre 2016

Le scandale du diesel a non seulement terni son image mais également valu au groupe sa première perte annuelle en plus de 20 ans, et l'a contraint à mettre de côté environ 18 milliards d'euros pour répondre de ses agissements. Une somme désormais insuffisante.

Les investisseurs ont réagi avec soulagement mercredi. A la Bourse de Francfort, l'action Volkswagen a progressé de 3,39% à 151 euros.

"L'impact financier est important mais il s'agit d'une bonne solution", juge Ferdinand Dudenhöffer, directeur de l'institut de recherche sur l'automobile CAR, joint par l'AFP.

"Volkswagen fait un autre pas important pour solder l'affaire du diesel aux Etats-Unis", salue également Michael Punzet, analyste de DZ Bank.

Le groupe de Wolfsburg (nord) a reconnu qu'il allait devoir passer de nouvelles provisions et prévoit un impact encore indéterminé sur ses comptes en 2016.

Investisseurs renforcés

"Ce n'est pas la fin, d'autres coûts devraient encore surgir, en Europe mais également aux Etats-Unis où des plaintes sont encore en suspens", relève Frank Schwope, analyste de Nord/LB interrogé par l'AFP.

Michael Punzet table sur des provisions supplémentaires de 500 millions d'euros au seul quatrième trimestre et de 10,5 milliards d'euros pour l'exercice 2017. Soit pas loin de 30 milliards d'euros de facture totale pour VW, une estimation cohérente avec celle de M. Schwope (de 25 à 35 milliards d'euros).

Pas de quoi mettre à terre le mastodonte mais ce dernier s'en passerait bien à l'heure où il veut se réinventer en mettant le cap sur l'électrique et la voiture autonome, des technologies qui exigent d'énormes investissements.

Et l'aveu de culpabilité de Volkswagen outre-Atlantique pourrait lui porter préjudice ailleurs, notamment en Europe où des investigations sont en cours et les plaintes nombreuses.

Cela ne changera pas nécessairement la donne pour les clients européens. Volkswagen leur propose une mise aux normes de leurs véhicules mais pas de dédommagement financier au motif d'une législation moins contraignante qu'aux Etats-Unis.

L'ancien PDG de Volkswagen, Martin Winterkorn, le 13 mars 2014 à Berlin

L'ancien PDG de Volkswagen, Martin Winterkorn, le 13 mars 2014 à Berlin

"Le plus grand problème pour Volkswagen à l'avenir, ce sont les plaintes émanant des investisseurs", relève M. Dudenhöffer. Rien qu'en Allemagne, des détenteurs de titres Volkswagen ayant essuyé des pertes dans le sillage du dieselgate réclament plus de 8 milliards d'euros en reprochant au constructeur d'avoir trop tardé à communiquer sur le trucage des véhicules.

Or l'inculpation lundi par les autorités américaines d'un des cadres dirigeants de VW, Oliver Schmidt, apporte de l'eau à leur moulin.

L'ancienne direction de Volkswagen est dans la ligne de mire des enquêteurs américains, qui affirment que les dirigeants de l'époque avaient été informés de la supercherie dès juillet 2015 mais avaient choisi de garder le silence.

Le patron, Martin Winterkorn, avait tiré sa révérence à l'automne 2015 en assurant n'avoir rien su et avait été remplacé par l'ancien chef de Porsche Matthias Müller. Il est sous le coup d'investigations en Allemagne pour manipulation de cours, à l'instar de l'ancien directeur financier Hans Dieter Pötsch, devenu président du conseil de surveillance, et de l'actuel chef de la marque Volkswagen, Herbert Diess.

Très discret depuis son retrait, M. Winterkorn sera entendu le 19 janvier par une commission d'enquête parlementaire en Allemagne formée après l'éclatement du dieselgate, a appris mercredi l'AFP

Crédits photos : © AFP/Archives PAUL J. RICHARDS

Partager cet article

Pour en savoir plus