La Thaïlande est dans le flou suite au décès du roi Bhumibol Adulyadej

Par , publié le
International
Le prince héritier thaïlandais Maha Vajiralongkorn, le 13 mai 2015 à Bangkok

Suite au décès du Roi Bhumibol Adulyadej jeudi dernier, la Thaïlande connaît une situation de doute quant à l’avenir du pays et à la succession du roi.

Le décès du roi Rama IX (Bhumibol Adulyadej), jeudi 12 octobre, met la Thaïlande dans une position de d’incertitude quant à l’avenir du pays. La place du roi est telle dans le pays que la majorité de la population se sent orpheline. La succession au trône devrait être assurée par le fils de l’ancien roi, Maha Vajiralongkorn, plus connu pour ses frasques de dandy que pour son intérêt pour le pays.

La place du roi en Thaïlande

Le pouvoir du roi est limité dans la constitution thaïlandaise, cependant Eugénie Mérieau, spécialiste de la Thaïlande à l'Inalco, précise que le cas du roi Bhumibol est différent : « La constitution accorde un pouvoir limité au roi thaïlandais, mais Bhumipol, en vertu de son aura, était consulté sur les grandes décisions du gouvernement. Sa stature a souvent assis la légitimité de décisions arbitraires des autorités »déclare-t-elle dans une interview accordée à « l’express ».  Elle indique également le pourquoi de ce traitement spécial : « le respect dû à Bhumipol, tenait au fait qu'il avait intercédé à plusieurs reprises pour refréner la brutalité de l'armée contre des manifestations populaires ».

De nos jours, la famille royale est une figure tutélaire quasi divine en Thaïlande. En effet, les portraits du roi et de la reine ornent chaque édifice public, école et intérieur des foyers thaïs si précaires soient-ils. La dévotion que le peuple voue à son roi provient en partie de l’intense propagande qui leur est faite autour de la famille royale dès leur plus jeune âge. Cependant, il est aussi bon de rappeler que l’article 112 de la constitution punit  toute critique sur la famille royale et même sur son chien. Il s’agit de la loi contre les «crimes de lèse-majesté » toujours en vigueur actuellement.

L’incertitude de la succession par le fils Maha Vajiralongkorn

Seul héritier mâle de la famille royale, Maha Vajiralongkorn, âgé  aujourd’hui de 64 ans a été désigné comme successeur officiel par son père en 1972. Cependant, lors de la réunion spéciale du parlement de jeudi soir, le Premier ministre Prayuth,au pouvoir depuis le coup d’Etat militaire de mai 2014, déclarait que le prince héritier avait « besoin de se préparer avant de monter sur le trône ». Laissant ainsi « provisoirement la couronne entre les mains du régent, le tout-puissant général Prem Tinsulanonda, président du Conseil privé royal, ancien Premier ministre et l'un des maîtres de l'Etat profond thaïlandais » comme le précise Eugénie Mérieau.

Le prince est aujourd’hui plus connu pour ses frasques excentriques, comme lors son arrivée à  l’aéroport de Munich cet été où son style a fait couler beaucoup d’encre dans les tabloïds ; vêtu d’un « crop top », tatouages apparents de toute part et jean baissé de façon exagérée. Choqués, les observateurs ont même un temps cru que le prince serait mis à l’écart de la dynastie mais le roi a écarté cette possibilité. Eugénie Mérieau relève cependant que le prince est « parfaitement imprévisible, il a montré très peu d'intérêt pour la chose publique ».

Crédits photos : © AFP/Archives PORNCHAI KITTIWONGSAKUL

Partager cet article

Pour en savoir plus