Avec #TGVpop, la SNCF lance une offre à destination des internautes

Par , publié le | modifié le
Transports Des TGV gare du Nord à Paris
Des TGV gare du Nord à Paris

En ce mercredi, la SNCF lance #TGVpop, une offre communautaire où les votes des internautes détermineront le départ des trains. Cette offre est clairement destinée aux jeunes et aussi pour lutter contre le covoiturage.

"On essaie de casser tout ce qu’on nous reproche [...]. Ma grande crainte, c’est de disparaître de la présence à l’esprit des jeunes, que le train ne soit plus le mode préféré." Ces mots sont ceux de Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF qui nous présente #TGVpop, une nouvelle offre communautaire de l'entreprise ferroviaire.

Le principe de #TGVpop se veut simple, il va s'agir pour les internautes de voter pour le ou les trains qu'ils souhaitent voir partir : "Deux semaines avant, on dit 'il y a tel train sur Marseille, sur Paris, qui va circuler, donc votez, votez, votez'. Chacun active son réseau pour faire partir le train."

SNCF : 203 trains concernés par #TGVpop

Dans une dépêche AFP reprise par Libération, on apprend de même que 203 trains vont être concernés par cette offre entre juillet à août. 100 000 places seront disponibles, avec un tarif de base compris entre 25 et 35 euros. Il faudra dépenser 5 euros supplémentaire pour un voyage en première classe.

Une offre pour lutter contre le covoiturage

Mme Picard semble d'ailleurs se réjouir d'une offre moins onéreuse que le covoiturage : "35 euros sur Marseille, on est moins chers que la voiture. On s’est calés sur les usages (du covoiturage), y compris sur les timings. En général ils ouvrent deux semaines avant et font 50% des ventes dans les deux jours avant." Quant aux trains qui ne récolteront pas suffisamment de votes pour espérer quitter la gare, "il y a un système de pénalité, mais on ne paie pas le sillon, on ne paie pas le personnel, on ne paie pas le matériel. Mais a priori on est partis du principe qu’ils rouleront". La directrice ajoute que "mettre un système industriel sous la volonté de quelques jeunes sur internet, c’est quand même un pari, c’est très difficile en production".

Crédits photos : Romas_Photo / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus