TGV en Alsace : La « vitesse très excessive » a provoqué l’accident

Par , publié le
Transports Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) vient de dévoiler un premier rapport sur le déraillement du TGV lors d’un test effectué le 14 novembre dernier qui avait causé la mort de 11 personnes.

L’accident dramatique avait été quelque peu éclipsé par les attaques du 13 novembre dernier. Le 14 novembre, une rame d’essai du TGV déraillait de la ligne à grande vitesse (LGV) est-européenne à Eckwersheim (Bas-Rhin). Au total, 11 personnes trouveront la mort dans l’accident et 21 seront blessées gravement.

Ce lundi, le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) vient de rendre les premières conclusions de son enquête technique sur les circonstances de l’accident.

Une « vitesse très excessive » à l’origine de l’accident

La conclusion est sans appel, la « vitesse très excessive » est la « cause unique » du déraillement du train. Selon le rapport rendu par le BEA-TT, le TGV circulait à la vitesse de 265 kilomètres par heure à l’entrée du virage situé peu avant le lieu de l’accident alors que la courbe doit être négociée à 176 m/h maximum.

La rame fonçait encore à « 243 km/h au point de déraillement situé 200 mètres plus loin », précise ce premier rapport sur l’enquête technique actuellement en cours.

Un freinage trop tardif

Toujours selon le BEA-TT, cette vitesse excessive est due au déclenchement beaucoup trop tardif du dispositif de freinage qui a été mis en action 12 secondes trop tard. Pour le moment, l’enquête n’a pas réussi à déterminer les raisons de ce freinage beaucoup trop tardif pour que le TGV reste sur les rails.

Le BEA-TT se refuse pour le moment à mettre en cause le personnel en charge de la réalisation de cet essai qui a mal tourné. De plus, le rapport précise qu’il n’y a pour le moment aucune raison de penser que la présence d’invités à bord du train ait pu jouer un rôle significatif dans l’accident.

Crédits photos : David Monniaux - Wikimedia CC

Partager cet article