Terrorisme : Bruno Le Maire veut de la prison préventive

Par , publié le
France Bruno Le Maire le 5 mars 2016 à Saint-Denis
Bruno Le Maire le 5 mars 2016 à Saint-Denis

Dans sa brochure de campagne en vue des primaires de la droite, Bruno Le Maire souhaite mettre en place une "justice d'exception" et de la "prison préventive" pour le terrorisme.

Bruno Le Maire, candidat Les Républicains aux primaires de la droite pour les élections présidentielles de 2017, a publié une brochure dans laquelle il donne notamment ses positions fermes et autoritaires en matière de lutte contre le terrorisme. Le député de l'Eure souhaite mettre en place, s'il est élu président, une "justice d'exception", prônant notamment la "prison préventive" pour les potentiels terroristes quitte, pour cela, à modifier la constitution.

Cinq propositions radicales pour vaincre le terrorisme

Bruno Le Maire a formulé "cinq réponses pour vaincre le terrorisme" dans la brochure de campagne qui sera remise durant les différentes réunions publiques auxquelles il participera dans le cadre de sa tournée d'été débutée hier à Mimizan dans les Landes. Le candidat propose des solutions extrêmes pour une situation exceptionnelle quitte à devoir modifier la constitution pour rendre ses propositions légales.

Bruno Le Maire explique notamment : "Dans le cadre légal actuel, notre justice ne peut pas prévenir les actes terroristes : elle ne pourra que les condamner. Pour prévenir des actes exceptionnels, il faut une justice d’exception". Le candidat estime donc que la prison préventive serait une solution pour lutter contre le terrorisme : "En matière de terrorisme, la prison préventive doit devenir la règle".

La prison préventive est actuellement interdite par la constitution française qui ne peut que condamner des personnes ayant commis un crime ou un délit. Pour le député, cela ne semble pas présenter un problème particulier. Il estime cyniquement  que cette "justice d’exception (…) demande une modification de la Constitution : et alors ?".

La mise en place de prison préventive risque cependant de créer une véritable polémique tant au niveau national qu'au niveau international. De plus, incarcérer les personnes fichées S afin de prévenir le terrorisme risque non seulement d'être difficile à mettre en place mais aussi certainement inefficace pour lutter contre le terrorisme.

Construire de nouvelles prisons et donner plus de moyens à la justice

Parmi les autres propositions du candidat à la présidence de la République, Bruno Le Maire souhaite faciliter plus encore le recours aux écoutes judiciaires : "Le recours aux écoutes judiciaires doit être facilité, et le contenu des écoutes administratives, comme élément de preuve doit être autorisé sous le contrôle du juge".

Afin que la justice et les forces de l'ordre puissent travailler plus sereinement, le député de l'Eure souhaite redonner à la justice des "moyens humains, matériels et procéduraux". Pour cela, le candidat propose une "construction massive de prisons" d'environ 10.000 places mais aussi la "construction de centres pénitentiaires réservés aux seuls prévenus et condamnés pour terrorisme".

Se voulant particulièrement autoritaire, Bruno Le Maire propose de rétablir "les peines plancher en cas de récidive" en appliquant "un plancher de sept ans fermes dans les cas de terrorisme". Le candidat souhaite par ailleurs que "la double peine deviendra automatique pour les faits de terrorisme et les délits connexes : incitation à la violence ou à la haine raciale par exemple".

Dernière proposition du candidat afin de renforcer la sécurité, porter "en 10 ans le budget des armées à 2 % de notre richesse nationale". Un programme très autoritaire qui risque de poser de nombreux problèmes juridiques et de faire grincer des dents dans le pays des droits de l'homme.

Crédits photos : © AFP/Archives MATTHIEU ALEXANDRE

Partager cet article

Pour en savoir plus