"Terres du milieu" : Wauquiez "n'aime pas les noms marketing"

Par , publié le
Politique Laurent Wauquiez sur le plateau du Supplément de Canal+
Laurent Wauquiez sur le plateau du Supplément de Canal+

Le président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a récemment déclaré ne pas aimer "les noms marketing" tels ceux pouvant être proposés pour nouvellement désigner les régions de France.

Il y a un peu moins d'une semaine, on se demandait encore si la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie allait prochainement s'appeler Hauts-de-France, Nord-de-France ou Terres-du-Nord, même si la première proposition semblait bien partie pour terminer la course des votes en tête. On précisera au passage qu'un autre sondage plaidait en faveur du maintien de Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Et alors que "Hauts-de-France" vient d'être définitivement validé, la question a été posée vendredi à Laurent Wauquiez, président d'Auvergne-Rhône-Alpes, de savoir quelle nouvelle appellation il entrevoyait pour sa région. Celui qui inaugurait en ce jour la 100ème édition de la Foire de Lyon est semble-t-il apparu contrarié par les propositions déjà énoncées, en évoquant les "Terres du milieu" chères à J. R. R. Tolkien.

Laurent Wauquiez : le nom "Terres du milieu" pas obligatoire

Dans des propos rapportés par nos confrères du Progrès, l'ex-député Les Républicains (LR) de la Haute-Loire a ainsi déclaré ne pas aimer "les noms marketing". Et d'ajouter que, "quand on a des noms de terroir forts comme les nôtres qui sont Auvergne, Rhône et Alpes, je suis pas forcément favorable à ce qu’on invente des choses qui soient coupées de nous".

Laurent Wauquiez cible vraisemblablement là les choix proposés au niveau de la région Nord-pas-de-Calais-Picardie : "On va rester dans du bon sens, du pragmatique et quelque chose qui parle aux gens" étant donné que, "par taquinerie, on est pas forcément obligé de s’appeler 'Terres du milieu'".

Auvergne-Rhône-Alpes : le public consulté jusqu'au 25 mars

Rappelons que le nouveau nom de la région Auvergne-Rhône-Alpes est soumis à consultation du public jusqu'au 25 mars prochain. Des propositions ont déjà été faites par 4.500 lycéens et ce sont maintenant les habitants de la commune, sans distinction, qui sont appelés à faire connaître l'appellation qu'ils souhaiteraient voir adoptée. Pour ce faire, il suffit de se rendre sur cette page, de la renseigner sur son nom, prénom, courriel, département et proposition de nom, et de valider ensuite le tout.

Crédits photos : Xavier Lahache/Canal+/Phototélé

Partager cet article

Pour en savoir plus