La Terre a presque une nouvelle Lune

Par , publié le
Sciences L'astéroïde 2016 HO3
L'astéroïde 2016 HO3

La Nasa a découvert un petit astéroïde dont l'orbite autour du Soleil suit celle de notre bonne vieille Terre. Du moins, pour quelques siècles seulement.

C'est le programme d’observation du télescope Pan-Starrs 1, qui se trouve au sommet d'un volcan de l’île de Maui, à Hawaï, qui a permis à des astronomes de la Nasa de débusquer cet objet encore inconnu, baptisé 2016 HO3.

Généralement, quand on découvre un astéroïde, c'est parce qu'il peut potentiellement représenter un danger pour notre planète. Ici, ce n'est pas le cas.

2016 HO3, une minuscule et éphémère seconde Lune

Certes, le titre de cet article avec un côté sensationnaliste. Car l'objet spatial mesurerait entre 40 et 100 mètres, et il ne tourne pas totalement autour de la Terre comme la Lune, comme le montre cette animation de la Nasa. Cependant, la trajectoire qu'il emprunte est assez calquée sur la nôtre. A ce sujet, 20Minutes indique que l'astéroïde "ne s’éloigne jamais plus de 100 fois la distance de la Lune, mais ne s’approche pas à moins de 38 fois cette même distance".

Il est donc un "quasi-satellite", comment les scientifiques appellent ce type d'objet et de trajectoire.

La Terre a un nouveau compagnon pendant quelques siècles

Mais à un moment, cette relation se terminera, comme l'explique le responsable du centre d’étude des géocroiseurs à la Nasa, Paul Chodas : "Nos calculs montrent que 2016 HO3 est un quasi-satellite stable de la Terre depuis presque un siècle, et devrait le rester pendant plusieurs centaines d’années". Poétiquement, il indique que "ce petit astéroïde est entraîné dans une petite danse avec la Terre".

Certes, ce n'est pas la première fois qu'un tel phénomène se produit. En 2003, un plus petit objet, d'une vingtaine de mètres de diamètre, nous avait aussi accompagné, mais seulement pendant quelques années. 2016 H03, quant à lui, est "l’un des quasi-satellites les plus stables qu’a connu la planète", remarque Sciences & Avenir.

Crédits photos : NASA/JPL-Caltech

Partager cet article

Pour en savoir plus