Tensions entre le Japon et la Corée du sud sur les femmes de réconfort

Par , publié le
International Des femmes de réconfort photographiées au moment de la libération des camps japonais en 1945 par les américains.
Des femmes de réconfort photographiées au moment de la libération des camps japonais en 1945 par les américains.

Tokyo et Séoul devraient coordonner une prochaine réunion au sujet des "femmes de réconfort", une affaire qui empoisonne les relations entre les deux pays.

Le terme "femmes de réconfort" est un doux euphémisme qui désigne en fait l'esclavage sexuel qui avait été mis en place par l'armée japonaise durant la guerre. Les femmes, pour la plupart des coréennes et mineures, étaient forcées à se prostituer dans des bordels réservés aux soldats nippons. L'armée japonaise avait organisé un système mensonger afin d'enrôler de force des mineures dans ces maisons closes appelées "centres de délassement" ou encore "maison de confort". Le gouvernement japonais de l'époque était alors très impliqué dans ce système d'esclavage sexuel.

Une prochaine rencontre pour avancer sur ce différend

Fumio Kishida, le ministre des affaires étrangères du Japon a indiqué hier qu'il était prêt à se rendre à Séoul afin de trouver les bases pour un règlement sur la question des "femmes de réconfort". Interrogé par la presse il a notamment indiqué : "Nous sommes en train de coordonner une rencontre" avant d'ajouter : "je suis prêt à travailler d'arrache-pied pour les relations Corée du Sud / Japon et sur la question des femmes de réconfort".

Interrogé sur les propositions japonaises qui seront faites à Séoul, il a cependant préféré ne pas l'évoquer : "Je refuse de dire quoi que ce soit de précis sur cette question car nous sommes dans le processus de négociations".

La Corée du sud estime que le Japon devrait se repentir correctement

Lors d'un sommet entre les deux chefs d'Etat au mois de novembre, Park Geun-hye, la présidente sud-coréenne, estimait que le Japon devait se repentir correctement pour les crimes commis durant la Seconde Guerre Mondiale et son passé colonialiste.

Tokyo estime cependant de son côté que toutes les questions liées à la guerre avaient été réglées lors de l'accord ré-établissant les liens diplomatiques entre les deux nations en 1965. En froid depuis longtemps, les relations entre les deux pays se sont un peu détendues lors du sommet de novembre entre les deux présidents. Les deux nations espèrent désormais régler les différents contentieux historiques qui empoisonnent les relations depuis la fin de la guerre.

Partager cet article

Pour en savoir plus