Télémédecine : une exploration cardiaque réalisée en Corrèze

Par , publié le
Santé La télémédecine (image d'illustration)
La télémédecine (image d'illustration)

Mercredi, la maison de santé de Lubersac, en Corrèze, a procédé à la première exploration cardiaque à distance en France.

Cette expérimentation devrait permettre aux patients concernés par une désertification médicale de bénéficier d'une prise en charge professionnelle. Mercredi, la maison de santé de Lubersac (Corrèze) s'est ainsi livrée à la démonstration d'une exploration cardiaque conduite via la télémédecine.

En d'autres termes, cette échographie du cœur s'est effectuée à distance, à l'aide d'un équipement développé avec l'assistance du centre national d'études spatiales et de l'agence spatiale européenne. Comme nous l'indique Francetv info, le patient se trouvait dans le cabinet médical et un assistant était chargé de la pose du matériel et des actions à lui faire effectuer.

Exploration cardiaque à distance : une première réalisée en Corrèze

Le malade s'est donc vu poser sur le thorax un échographe doté d'un bras articulé. L'examen en question a ensuite pu s'effectuer en temps réel par le cardiologue en usant d'un joystick. Il convient de préciser que le praticien disposait d'un réseau haut dépit afin de pouvoir réaliser l'échographie à distance dans les meilleurs conditions possibles. Et au terme de l'exploration, le cardiologue a pu délivrer son diagnostic.

"Il vaut mieux bénéficier d'une échographie bien faite à distance que pas du tout"

Le docteur Éric Lefebvre, médecin échographiste fondateur de la société Adechotech et à l'origine de l'appareil, a expliqué que "le but de la télé-échographie robotisée, c'est que l'expert soit le plus proche possible de son exercice quotidien. Il vaut mieux bénéficier d'une échographie bien faite à distance que pas du tout". En ajoutant que si cette opération n'a pu se faire que tout récemment, c'est "parce qu'on a besoin du temps réel, il fallait pouvoir maîtriser la sonde d'échographie soi-même : l'expert est toujours en train de faire bouger la sonde. Une coupe échographique à 2 ou 3 mm d'écart ne donne pas le même diagnostic". Le cardiologue Patrick Dary est d'ailleurs apparu très enthousiaste quant à cette innovation : "Avoir l'image ça change tout, ça change le diagnostic, ça nous permet d'ajuster le traitement en temps réel. C'est une révolution."

Crédits photos : le figaro

Partager cet article