Tchad : l'excision sur les jeunes filles dénoncée par un "Mannequin Challenge"

Par , publié le
International
"Mannequin Challenge" de l'Unicef dénonçant l'excision des femmes au Tchad

Afin de sensibiliser un peu plus l'opinion sur l'excision des femmes au Tchad, l'Unicef a choisi de tourner une vidéo sur le modèle du "Mannequin Challenge" où une femme s'apprête à être mutilée au niveau de ses parties génitales.

Pratiquée dans un cadre plus traditionnel que légal, l'excision consiste en la mutilation des parties génitales chez la femme. C'est en Afrique noire où on la rencontre le plus souvent, et si l'excision apparaît difficile à contrer, la lutte demeure dans le but espéré de renverser la tendance.

Et afin de rappeler l'horreur de cette pratique et à quel point des jeunes filles en sont encore victimes dans le monde actuel, l'Unicef Chad (Tchad) a publié, le 21 décembre dernier sur sa page Facebook, une vidéo de sensibilisation tournée sur le modèle du "Mannequin Challenge". Soit, comme son nom l'indique, un défi demandant à se figer tel un mannequin pour une certaine durée.

L'Unicef tourne un "Mannequin Challenge" sur l'excision au Tchad

La vidéo s'ouvre sur la place d'un village tchadien tout ce qu'il semble de plus ordinaire, avec des hommes attablés autour d'un jeu, des femmes à la vaisselle et des enfants à vélo et tirant de l'eau. La caméra s'attarde ensuite sur une jeune fille à l'entrée d'une habitation, les yeux rivés sur une scène qui apparaît elle aussi presque banale.

On voit ainsi une autre jeune fille, les jambes écartées et s'apprêtant à être excisée, avec une expression du visage traduisant une souffrance mentale préalable à la douleur physique.

You can’t stay frozen

After watching this, can you stay frozen ? **Après avoir vu cette vidéo, pourrez-vous rester figés?#MannequinChallenge #EndFGM

Publié par Unicef CHAD sur mercredi 21 décembre 2016

Près d'une jeune fille sur deux concernée

Cette vidéo, où l'Unicef se demande si celles et ceux qui vont la visionner sauront "rester figés", se conclut par le rappel qu'"au Tchad, près d'une jeune fille sur deux est victime de mutilations génitales féminines", et le Fonds des Nations unies pour l'enfance d'appeler à la fin de cette pratique.

Si l'excision s'observe dans 28 pays d'Afrique, le Proche-Orient et l'Asie du Sud-Est sont également concernés. En France, ce sont quelque 50.000 femmes qui la subiraient, l'Hexagone ayant par ailleurs mis en place en 2004 la gratuité complète de l'intervention permettant la reconstruction de l'appareil génital.

Crédits photos : capture d'écran page Facebook de Unicef CHAD

Partager cet article

Pour en savoir plus