Tchad : double attentat particulièrement meurtrier à N'Djamena

Par , publié le | modifié le
International
Le chef d'état-major nigérien, Seyni Garba (2e d) et son homologue tchadien Brahim Seid (g) à l'aéroport de Diffa (sud-est du Niger), le 3 avril 2015 près de la ville nigériane Malam Fatori

Un carnage a eu lieu ce lundi matin au Tchad. 27 personnes ont perdu la vie dans un double attentat, et plus de 100 personnes auraient été blessées. Selon Franóis Hollande la responsabilité de l'organisation Boko Haram ne fait pas de doutes.

La première attaque a eu lieu au commissariat central, la seconde à l’école de police de N'Djamena, la capitale du Tchad. Les deux attentats suicides auraient coûté la vie de 27 personnes au moins, selon les autorités.

Quatre "terroristes" ont été tués au cours des attaques, selon le communiqué du gouvernement tchadien, qui assure que "la situation est sous contrôle".

Condamnation immédiate de la France, alliée du Tchad

La France a condamné ces attaques meurtrières dans une déclaration du ministère des Affaires étrangère, assurant par la même occasion de son soutien dans la lutte contre le terrorisme :

« La France condamne les attaques perpétrées le 15 juin contre le commissariat général et l’école de police de N’Djamena », a indiqué le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal, soulignant que Paris « se tient aux côtés du Tchad et de ses partenaires africains dans la lutte contre le terrorisme ».

Le Tchad est un allié important de la France dans la lutte contre les groupes jihadistes en Afrique de l'Ouest. L’armée française a d'ailleurs établi l’état-major de son opération Barkhane de lutte contre ces groupes à N’Djamena.

Des attaques signées Boko Haram?

Pour le moment, les attentats n’ont pas été revendiqués.

Mais de nombreux témoins soupçonnent néanmoins Boko Haram d’en être à l’origine. Le groupe terroriste nigérian est actuellement combattu par une coalition militaire emmenée par les troupes tchadiennes.

Abubakhar Shekau, le chef des islamistes, est activement recherché par les forces armées. a de nombreuses reprises, ce dernier a menacé le Tchad de représailles.

La semaine dernière, le Nigeria et ses voisins ont pris la décision d'instaurer d’ici juillet, une force régionale de quelque 8 700 hommes pour lutter contre le groupe armé.
Son quartier général devrait être installé à N’Djamena.

 

Crédits photos : © AFP PHILIPPE DESMAZES

Partager cet article

Pour en savoir plus