Tarbes : Deux mises en examen après deux crashs d’hélicoptères de la sécurité civile

Par , publié le
France Un hélicoptère de la gendarmerie lors d'un exercice à Bagnères-de-Luchon, le 23 février 2016
Un hélicoptère de la gendarmerie lors d'un exercice à Bagnères-de-Luchon, le 23 février 2016

Deux ex-responsables de la Sécurité civile ont été mis en examen dans l’enquête sur le crash de deux hélicoptères EC145, en 2003 et 2006.

En 2003 puis en 2006, deux hélicoptères EC145 du Groupement d’hélicoptères de la Sécurité civile se crashaient consécutivement. Deux accidents dramatiques qui avaient fait 4 morts au total.

Deux hommes qui étaient à la tête de ce groupement ont été mis en examen pour « homicides involontaires » et « blessures involontaires » selon les informations de France 3 Midi-Pyrénées.

En enquête rouverte en 2009

C’est le procureur de la République de Tarbes Eric Serfass qui a confirmé l’information à France 3. Une enquête préliminaire sur ces deux accidents avait été classée sans suite en 2008, mais suite à la plainte des familles des victimes, le dossier avait été rouvert.

L’enquête porte entre autres sur l’autorisation de mise en service pour les appareils accidentés par l’ancien numéro 2 de la sécurité civile à qui il est reproché d’avoir abrégé les phases de test des appareils.

Deux accidents aux causes similaires

Le premier accident a eu lieu le 20 juillet 2003. Cinq membres de l’hélicoptère de la Sécurité civile venaient en aide à un grimpeur en difficulté dans le massif de l’Arbizon (Hautes-Pyrénées). L’hélicoptère a alors heurté la montagne pour une raison indéterminée. Le deuxième accident s’est produit le 5 juin 2006 lors d’un exercice de secours en montagne dans le massif de l’Astazou. L’hélicoptère Dragon 64 s’était écrasé pour une raison indéterminée et avait immédiatement pris feu.

Pour les familles des victimes, les appareils comportaient un défaut structurel et n’auraient pas dû voler. Loi des séries ou coïncidence, le 20 mai 2016, un autre hélicoptère EC 145 s’est crashé dans les Hautes-Pyrénées, à Cauterets, provoquant la mort de quatre gendarmes.

Crédits photos : © AFP/Archives REMY GABALDA

Partager cet article

Pour en savoir plus