Talibans : le nouveau chef désavoué par les proches du mollah Omar

Par , publié le
International
Capture d'écran de la BBC en date de 1996 du mollah Omar

Akhtar Mansour, récemment nominé chef des talibans après la disparition du mollah Omar, apparaît contesté par l'encourage de ce dernier qui refuse ainsi de lui prêter allégeance.

Sans communiquer la date du décès, les talibans avaient confirmé jeudi dernier la mort de leur chef le mollah Omar, disparu des suites d'une maladie. Cette annonce conduira au report des pourparlers de paix entre Kaboul et les talibans, et l'on s'attendait à ce que ces derniers nominent dans la foulée leur nouveau dirigeant.

Le successeur du mollah Omar est donc le mollah Akhtar Mansour, conformément à l'annonce effectuée vendredi par les insurgés. Akhtar Mansou est loin d'être un inconnu auprès des talibans puisque l'AFP rapporte qu'il fut le bras droit du mollah Omar. Toutefois, en dépit de cette apparente proximité avec son prédécesseur, Akhtar Mansour est désavoué par les proches du mollah Omar.

Mollah Omar : ses proches n'ont pas fait allégeance au mollah Mansour

C'est ce que révèle un enregistrement audio où la voix du frère du mollah Omar se fait entendre, un message dont l'authenticité a été validée en ce lundi par des sources talibanes. Le mollah Abdul Manan y fait ainsi savoir que sa famille n'a toujours pas prêté allégeance au nouveau chef des talibans : "Dans la tourmente, notre famille... n'a fait allégeance à personne." En ajoutant souhaiter "que les oulémas résolvent ces différends plutôt que de plaider allégeance à un clan". Une source talibane ayant désiré conservé l'anonymat a quant à elle émis nombre d'interrogations sur cette nomination : "Une partie de l'insurrection est troublée et attend des réponses de Mansour et ses alliés : pourquoi ont-ils caché la mort du mollah Omar pendant ces années ? En publiant de faux communiqués en son nom, ont-ils cherché à nous tromper pour servir leurs seuls intérêts ?"

Deux lieutenants nommés

Le nouveau mollah Mansour a pour sa part demandé "l'unité" des rebelles, en se voyant adjoindre au passage deux lieutenants : le mollah Haibatullah Akhundzada, ex-chef des tribunaux des talibans, et Sirajuddin Haqqani, chef du réseau Haqqani, un groupe islamiste armé indépendant mais rattaché aux talibans. Un commandant de ce réseau a déclaré que les opposants au nouveau mollah Mansour étaient "des membres de la choura de Quetta [ndlr : conseil central des talibans]. Ils ne devraient pas faire ça, car cela mine l'unité du mouvement". Alors que de son côté, un commandant dissident a exprimé son intention de désigner le nouveau chef des talibans par une rencontre visant à concerner tous les membres du conseil central des talibans, et non plus "quatre ou cinq sur vingt".

Crédits photos : © BBC NEWSNIGHT/AFP/Archives -

Partager cet article

Pour en savoir plus