Syrie : seize nouvelles personnes mortes de faim à Madaya

Par , publié le
International Des employés de l'Unicef mesurent la largeur du bras d'une fillette de Madaya, en Syrie, le 14 janvier 2016
Des employés de l'Unicef mesurent la largeur du bras d'une fillette de Madaya, en Syrie, le 14 janvier 2016

Médecins sans frontières révèle que depuis la mi-janvier, seize personnes sont mortes de faim à Madaya, ville syrienne assiégée par les forces fidèles au régime de Bachar el-Assad.

Un bilan alarmant. Par voie de communiqué, l'association humanitaire Médecins sans frontières (MSF) révèle en effet en ce samedi que depuis la mi-janvier et l'arrivée des convois humanitaires à Madaya (Syrie), seize personnes sont mortes de faim dans cette ville assiégée par les forces fidèles au régime de Bachar el-Assad.

Et de préciser, dans des propos rapportés par nos confrères de RTL Info : "Selon des travailleurs de santé soutenus par MSF dans Madaya, 16 personnes sont décédées depuis la livraison de l'assistance humanitaire. MSF a des rapports médicaux clairs indiquant que 46 personnes sont mortes d'inanition à Madaya depuis le 1er décembre. Le bilan est certainement plus lourd car il existe des informations selon lesquelles des habitants seraient morts de faim dans leurs maison."

Madaya : seize personnes mortes de faim depuis la mi-janvier selon MSF

320 cas de malnutrition seraient actuellement observés à Madaya, MSF considérant d'ailleurs que 33 patients apparaissent en "danger de mort". L'organisation considère "inacceptable" une situation dans laquelle des personnes meurent de faim alors que des convois se rendent sur place pour leur porter assistance : "Les habitants de la ville syrienne assiégée de Madaya continuent de mourir de faim, en dépit des convois d'aide humanitaire".

Les forces loyales au régime de Bachar el-Assad accusées de bloquer l'aide humanitaire

Pour MSF, la responsabilité de ces morts en incomberait aux forces loyales au régime du président syrien, ainsi accusées de "continuer à bloquer l'approvisionnement de la ville en matériel médical et médicaments indispensables". Brice de le Vingne, directeur des opérations de l'association, appelle aujourd'hui sans délai à "une présence médicale permanente et indépendante à Madaya, car nous pensons que la situation médicale va encore s'aggraver, alors que l'accès aux soins pour les habitants est extrêmement limité". On estime que plus de 40.000 personnes vivent actuellement en état de siège au sein de cette ville basée à l'ouest de Damas.

Crédits photos : © UNICEF/AFP STRINGER

Partager cet article

Pour en savoir plus