Syrie : jusqu'à 2.000 combattants envoyés par l'Iran à Alep

Par , publié le
International
Vue en date du 29 avril 2015 de la ville d'Alep en ruines

L'Iran vient d'envoyer jusqu'à 2.000 combattants en Syrie dans le cadre d'une offensive menée dans le sud-est d'Alep contre les groupes rebelles.

La bataille d'Alep (Syrie) a d'ores et déjà commencé, à en croire une source militaire syrienne haut gradée. Depuis vendredi, une offensive rassemblant des combattants de Bachar el-Assad et du Hezbollah, avec le soutien de l'aviation russe, est en effet menée contre les groupes rebelles.

Mais, et c'est là une première quant à une décision d'intervenir militairement en Syrie, cette alliance se compose également de quelque 2.000 combattants envoyés par l'Iran. Nos confrères du Figaro précisent qu'il peut s'agir aussi bien d'Iraniens que de forces appuyées par Téhéran.

L'Iran envoie jusqu'à 2.000 combattants en Syrie pour prendre part à la bataille d'Alep

Un responsable américain souligne que ces combattants se veulent significativement moins nombreux que ceux directement rattachés au régime de Damas, et de confirmer que les participants à la bataille d'Alep sont d'origines diverses. Parmi eux, on trouve en effet des forces iraniennes (les Gardiens de la Révolution), des groupes financés par l'Iran à l'instar du Hezbollah libanais ou encore des groupes de combattants irakiens.

Un soutien à Bachar el-Assad à moitié confirmé

Et si l'Iran a bien assuré avoir fourni de l'équipement offensif et des conseillers militaires en Syrie pour venir en aide à son allié el-Assad, le pays a néanmoins démenti l'envoi de troupes au sol. Alors que la semaine passée, la presse iranienne s'est faite l'écho de trois morts en Syrie concernant des officiers des Gardiens de la Révolution d'Iran. Du côté du régime syrien, la bataille d'Alep démarrée vendredi aurait pour but, avec donc l'aide des forces russes, de "prendre en tenaille" les groupes rebelles basés à Homs et Hama. Quant aux Iraniens et aux combattants affiliés à Téhéran, leur rôle serait quant à eux de prêter main forte aux forces syriennes dans l'ouverture d'un nouveau front non loin d'Alep.

Crédits photos : © AMC/AFP ZEIN AL-RIFAI

Partager cet article

Pour en savoir plus