Syrie : un double attentat suicide fait 24 morts et plus de 100 blessés

Par , publié le
International Photo remise par l'agence de presse officielle syrienne, Sana, montrant les suites d'un double attentat suicide à Homs, le 26 janvier 2016
Photo remise par l'agence de presse officielle syrienne, Sana, montrant les suites d'un double attentat suicide à Homs, le 26 janvier 2016

C'est à la hauteur d'un poste de contrôle de la ville de Homs qu'a eu lieu le double attentat suicide. 24 personnes ont perdu la vie et plus d'une centaine de blessés sont à déplorer dont certains dans un état critique.

La ville de Homs dans le centre de la Syrie a été le théâtre d'un double attentat suicide au niveau d'un poste de contrôle hier mardi. Le premier bilan parle de 24 personnes décédées et d'une centaine de blessés dont certains très graves.

Double attentat suicide provoqué par deux kamikazes

Talal Barazi, le gouverneur de la ville de Homs, indique qu'un kamikaze a fait exploser sa voiture à un point de contrôle tenu par l'armée syrienne. Alors que les secours arrivaient et que la foule s'était amassée pour aider les blessés, un second kamikaze a déclenché son gilet explosif causant de lourds dégâts.

Le gouverneur de la ville précise : "Nous savons bien que nous sommes des cibles pour les terroristes, surtout maintenant que l'armée avance et que des accords de réconciliation locaux entrent en vigueur". La ville de Homs a par le passé déjà fait l'objet d'attentats de la part de l'Etat Islamique, notamment dans le quartier alaouite de Zahra.

Une attaque revendiquée par l'Etat Islamique

C'est par un communiqué que l'Etat Islamique a revendiqué cet attentat. Selon l'organisation terroriste, l'attaque aurait tué une trentaine de personnes dont de nombreux militaires et miliciens progouvernementaux.

Un attentat qui intervient alors que l'Etat Islamique perd du terrain dans la région de Homs. Les forces gouvernementales syriennes gagnent régulièrement des batailles dans la province d'Alep où se trouve Homs qui, elle, avait été reprise fin décembre. Le quartier où a eu lieu l'attentat est majoritairement constitué d'alaouites, une communauté dont le président Bachar al-Assad fait partie. Le nord de la province est toujours pour le moment sous contrôle du Front Al-Nosra alors que l'est de la province (où se trouve notamment la ville antique de La Palmyre) reste sous domination de l'Etat Islamique.

Crédits photos : © SANA/AFP STRINGER

Partager cet article

Pour en savoir plus