Syrie : des discussions en progression entre les États-Unis et la Russie

Par , publié le
International Un avion de combat russe
Un avion de combat russe

Le Pentagone a fait savoir que des progrès ont été réalisés dans le cadre de nouvelles discussions tenues entre les États-Unis et la Russie concernant la sûreté de l'espace aérien syrien.

Afin d'éviter des télescopages de leurs avions respectifs, les États-Unis et la Russie s'étaient prononcés en faveur de nouvelles discussions sur le sujet de la sûreté de l'espace aérien syrien, alors que cela fait maintenant une dizaine de jours que Moscou frappe la Syrie au travers de tirs à l'objectif discuté.

Et non seulement ces nouvelles discussions ont bien eu lieu, mais elles semblent également amener les deux parties vers une entente commune sur la question. Nos confrères de RFI nous rapportent les récents propos du Pentagone qui estime ainsi que "des progrès" ont été réalisés entre les États-Unis et la Russie sur ce plan.

Espace aérien syrien : "des progrès" réalisés par Moscou et Washington

En précisant que des responsables de la Défense américains et russes ont eu recours à la visioconférence pour échanger sur les décisions pouvant être prises par la coalition (conduite par les États-Unis) et la Russie afin de se prémunir de tout contact malheureux entre des appareils volants des deux pays.

Les propositions des États-Unis à la Russie

Les propositions émises par Washington concernent le respect d'une distance de sécurité fixe, des communications à effectuer dans un seule et même langue et enfin l'usage commun d'une même fréquence radio de manière à réceptionner les appels de détresse de tous les avions sans distinction. En réponse à ces offres, le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il était concevable que ces mesures puissent être appliquées dans un futur proche. Rappelons que le 8 octobre dernier, les États-Unis avaient reproché à la Russie d'avoir procédé, et ans prévenir le gouvernement Obama, à des tirs de missiles à moins de huit kilomètres d'un drone américain. Et le Pentagone de laisser entendre que si la trajectoire de ce dernier n'avait pas été modifiée en urgence, il aurait vraisemblablement été touché par un missile de Moscou.

Partager cet article

Pour en savoir plus