Sur Tchouri, Philae est toujours muet

Par , publié le
Sciences
Le robot spatial Philae représenté par un artiste sur la surface de la comète 67p/Churyumov-Gerasimenko et diffusée le 20 décembre 2013 par l'Agence spatiale européenne

Il y a un mois, nous fêtions avec tambours et trompettes le premier anniversaire de Philae sur la comète Tchouri. Seulement voilà, le robot est toujours muet, malgré les tentatives de communication.

Cela fait maintenant 5 mois que Philae, le petit robot qui a "atterri" sur la comète Tchouri il y a un peu plus d'un an, ne communique plus. Et si les tentatives se sont multipliées ces derniers jours, les espoirs s'amenuisent car en s'éloignant du soleil, l'appareil perd sa source d'énergie.

Philae : tout espoir n'est pas perdu

Pourtant, pendant quelques jours situés entre la fin du mois de novembre et le 6 décembre dernier, la sonde Rosetta qui avait déposé Philae en 2014, se trouvait au plus près de la comète, c'est-à-dire à quelque 100 kilomètres. Las, Philae ne donnait toujours pas signe de vie.

Cependant, les scientifiques sur Terre ne désespèrent pas et de nouvelles tentatives vont être menées à l'horizon de Noël et s'il le faut, en janvier 2016. Un membre de l'équipe explique que "des expériences sont prêtes mais nous avons besoin de deux liaisons pour remettre Philae en activité". Mais faute d'énergie solaire, il se trouve des spécialistes au sein du CNES pour affirmer que "chaque jour qui passe, cela devient de plus en plus compliqué".

La mission Rosetta doit se terminer en 2016

Que reste-t-il de cette mission, qui doit prendre fin au terme de l'année prochaine ? La sonde devra encore se poser sur 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Mais avant, alors qu'elle s'en approchera au plus près, charge à elle de capturer la comète avec des photos en haute définition. En espérant que d'ici là, Philae puisse à nouveau un peu travailler et nous faire parvenir de précieuses informations. Même si son apport à la science est jugé "immense" par les scientifiques, qui louent ce qu'il a apporté "à la connaissance des comètes". En effet, ces corps célestes par leur composition peuvent nous en apprendre beaucoup sur l'origine de la vie sur Terre.

Allez Philae, un tout petit et dernier effort.

Crédits photos : © ESA/AFP/Archives MEDIALIAB

Partager cet article

Pour en savoir plus