Erreur médicale : devenue aveugle, elle reçoit 1,5 million d’euros d’indemnisation

Par , publié le | modifié le
France Justice-marteau

Neuf ans après une opération qui tourne mal et la rend aveugle, une septuagénaire perçoit 1,5 million d'euros d'indemnisation.

Le 3 février 2006, la vie de Reine Cailton bascule. Souffrant de douleurs abdominales, la sexagénaire se rend vers 23h00 dans un hôpital à Angers. Après un premier scanner, elle n'est opérée que le lendemain. Une opération qui tourne mal. Choc septique, arrêt cardiaque, elle est envoyée en réanimation, et l’on constatera plus tard qu’elle a perdu la vue.

Que s’est-il passé ? La réponse n’est arrivée que ce mardi 7 juillet, où le tribunal de grande instance d’Angers a rendu publiques les nombreuses erreurs médicales qui se sont succédées ce jour là, dont deux accablantes. Retards, réanimation inadaptée, qui conduisent à une "prise en charge pas conforme aux bonnes pratiques". Les magistrats ont retenu la responsabilité de deux praticiens qui devront verser la somme de 1,5 million d’euros de dommages et intérêts à Reine Cailton.

Devenue aveugle, elle est contrainte de quitter sa maison

Devenue aveugle alors qu’elle venait d’entamer une nouvelle vie de retraitée, la santé de Reine Cailton depuis cet accident s’est largement dégradée. Sa maison devenue du jour au lendemain inadaptée, elle a depuis intégré une résidence médicalisée où elle nécessite une surveillance 24 heures sur 24. Une épreuve assez inattendue pour son mari qui souffre de son côté de surdité. "Lui a connu des épisodes de dépression sévère. Du jour au lendemain, il a dû s’occuper de tout et s’est retrouvé extrêmement démuni" rapporte l’avocat de Reine Cailton.

Sa vie s'est arrêtée en 2006

Très affaiblie, Reine Cailton est repartie du tribunal en compagnie de sa famille. Elle avait au préalable demandé la somme de 2 millions d’euros de dédommagement. Son avocat de conclure : "Le 9e anniversaire qu’elle passe dans le noir le plus total alors qu’elle venait de commencer une retraite paisible de commerçante. Pour elle, la vie s’est arrêtée en 2006".

Partager cet article