En Suède, un enfant de 8 ans tué par une grenade sur fond de règlements de compte

Par , publié le
International Véhicule de police en Suède (photo d'illustration)
Véhicule de police en Suède (photo d'illustration)

Les faits se sont déroulés à Göteborg dans la nuit de dimanche à lundi. Le thèse du contexte de règlements de compte au sein de la communauté somalienne est privilégiée.

Biskopsgården, à Göteborg (Sud de la Suède). C'est dans un appartement de ce quartier populaire, par la fenêtre, que dans la nuit de dimanche à lundi un inconnu a jeté une grenade.

Un garçonnet de 8 ans qui dormait dans un salon bondé a été touché par l'explosion. Transporté à l'hôpital, il a succombé à ses blessures.

Göteborg : la piste de la vendetta privilégiée

Aucune autre personne n'a été blessée. Les enquêteurs, via un communiqué, précisent que le nombre de victimes aurait pu être bien plus important étant donné que l'appartement et la cage d'escalier ont été endommagés.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent que la vengeance pourrait bien être le mobile de cet acte. En effet, la communauté somalienne vit dans un contexte de règlements de compte; au mois de mars de l'année dernière, des hommes armés avaient fait irruption dans un pub, tuant un homme connu des services de police et faisant une autre victime, quant à elle innocente.

Recrudescence de grande violence dans plusieurs villes suédoises

Au début du mois, des peines de prison (de 7 ans à la perpétuité) ont été prononcées à l'encontre de 8 personnes, suite à l'affaire de 2015. L'une d'elles résidait à l'adresse où a été jetée la grenade. Les autorités du pays sont confrontées depuis quelques années à une vague de violence à laquelle elles ne sont pas habituées, et ce dans les quartiers très populaires des principales villes que sont Stockholm, Göteborg et Malmö.

Les nombreux incendies de véhicules qui ont émaillé l'été font naître le débat dans la classe politique. Si le gouvernement de gauche au pouvoir met en avant la prévention, l'opposition de centre-droit appelle quant à elle au déploiement de 2.000 nouveaux policiers.

Crédits photos : Tupungato / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus