Stress : une action favorisant le brûlage de calories ?

Par , publié le
Santé
Illustration. Les complexes physiques.

Selon une nouvelle étude, le stress aurait comme avantage d'augmenter la masse brune connue pour brûler les calories telles le lipide et le sucre.

Par définition, le stress n'incite par à sa conservation. Encore plus depuis que l'on sait, depuis novembre dernier, qu'il peut occasionner au travail la perte de plus de 30 ans d'espérance de vie. Cet état n'est toutefois pas sans présenter plusieurs avantages, dont l'un serait de brûler les calories de manière indirecte.

Ainsi, à en croire les résultats d'une étude paraissant en ce mercredi dans la revue Experimental Physiology, le stress favoriserait l'augmentation de masse brune (également appelée masse grasse), connue brûler les calories et le tissu adipeux blanc. Ce dernier, comme nous le rapporte Canoë, est lié à deux états où sont observés des excédents de graisse : le surpoids et l'obésité.

Masse brune brûlant les calories : une augmentation par le stress selon une étude britannique

Cette étude a été menée par le professeur Michael E Symonds de l'Université de Nottingham (Royaume-Uni). Son équipe et lui ont sollicité cinq jeunes femmes en bonne santé et affichant chacune une minceur prononcée. Celles-ci ont d'abord été soumises à un test leur demandant de réaliser des exercices de mathématiques, avec pour but de leur causer un léger stress. Pour le second test, elles devaient regarder des vidéos de relaxation.

Un taux de cortisol plus important pendant le premier test

Afin de déterminer les niveaux de stress de chaque participante, les scientifiques ont procédé à la mesure du taux de cortisol contenu dans leur salive. La mesure de l'activité de masse brune a quant à elle été effectuée via une thermographie infrarouge. Celle-ci permet de déceler des modifications de température à plusieurs endroits du corps. Et il s'est avéré que le taux de cortisol a augmenté et la masse brune gagné en intensité dans "l'attente liée à passer les tests de maths". En d'autres termes, le stress a bien conduit à activer la chaleur de la masse grasse. Le professeur Symonds explique que "la plupart des adultes ont entre 50 et 100 grammes de graisse brune, mais sa capacité à produire la chaleur est 300 fois supérieure à un autre tissu du corps, la graisse brune a le potentiel pour rapidement métaboliser le glucose et des lipides".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus