Stop djihadisme : Plus de 4500 signalements sérieux depuis le lancement du service

Par , publié le | modifié le
France La plateforme Stop Djihadisme a reçu plus de 4500 appels depuis son lancement en avril 2014
La plateforme Stop Djihadisme a reçu plus de 4500 appels depuis son lancement en avril 2014

Pour lutter contre la radicalisation, le gouvernement a lancé en avril 2014 un numéro vert et une plateforme sur internet. Un premier bilan sera établi par Bernard Cazeneuve ce soir et les premiers chiffres sont parus.

En avril 2014, le gouvernement a mis en place le numéro vert  0800.005.696 et la plateforme Stop-Djhadisme.gouv.fr censés permettre le signalement des personnes suspectées de radicalisation religieuse. Le ministre de la Défense Bernard Cazeneuve doit présenter le premier bilan du service « stop djihadisme » ce soir lors d’un évènement dédié à la prévention de la radicalisation.

Europe 1 a eu accès aux statistiques détaillées de la plateforme et révèle que plus de 2700 signalements jugés « sérieux » ont été effectués depuis le mois d’avril 2014.

+45 % de signalements en un an

Depuis le lancement du service, se sont très exactement 4576 personnes, hommes et femmes, qui ont été signalées. Sur la première année (d’avril 2014 à avril 2015), il y a eu 1864 signalements « sérieux » contre 2712 entre avril 2015 et avril 2016. Ce qui représente une augmentation de plus de 45% en un an.

Bien entendu, le service a rencontré un afflux d’appels à la suite des attentats de 13 novembre avec 407 appels à la suite des attaques. En janvier 2015, à la suite des attaques contre Charlie Hebdo, 343 signalements avaient été effectués. Des signalements qui sont dans 52 % des cas le fait de la famille, des amis ou du milieu professionnel de l’individu signalé.

1 signalement sur 5 concerne un mineur

Les signalements sont jugés comme « sérieux » à la suite d’un entretien d’environ une heure avec un ou des proches de la personne signalée. Depuis la mise en place du numéro vert, 61 % des signalements concernent des hommes âgés pour la plupart de moins de 26 ans. Les femmes représentent 39 % des signalements et sont en général âgées de 18 à 25 ans.

Plus inquiétant, un signalement sur cinq concernerait un individu mineur alors qu’un appel sur dix concerne une crainte d’un départ d’un proche pour faire le djihad en Syrie.

Crédits photos : Gouvernement.fr

Partager cet article