Soudan du Sud : 60 personnes arrêtées et asphyxiées dans un conteneur

Par , publié le
International Photo d'illustration. Des conteneurs de marchandises.
Photo d'illustration. Des conteneurs de marchandises.

Selon Amnesty International, ce qu'on fait les soldats gouvernementaux en octobre dernier s'apparente à un crime de guerre : arrêtés, 60 hommes et enfants ont volontairement été enfermés dans un conteneur, en plein soleil.

Vendredi, Amnesty International estime que l'horrible événement qui s'est produit au Soudan du Sud en octobre 2015 s'apparente à un crime de guerre. Des soldats gouvernementaux, après avoir arrêté une soixantaine d'hommes et d'enfants, les ont volontairement enfermés dans un conteneur qui se trouvait en plein soleil, entrainant leur asphyxie.

Soudan du Sud : un rapport accablant

Le rapport de l'ONG est fondé sur les témoignages de 23 habitants de Leer, dont certains ont vu ce jour les personnes être poussées à l'intérieur de ce conteneur, alors qu'elles avaient les mains attachées. Les autres témoins racontent aussi avoir vu les soldats sortir les corps.

Amnesty International raconte : "Les témoins ont décrit avoir entendu les détenus pleurer et crier de désarroi, et frapper les murs du conteneur de marchandises qui, disent-ils, n'avaient pas de fenêtre ni d'autre forme de ventilation". L'organisation de défense des droits de l'homme demande à ce que les soldats auteurs de ces fais soient poursuivis en justice.

Les conteneurs, souvent utilisés comme cellules

"Nous pouvions voir les gens à l'intérieur et ils n'étaient pas en vie. Ce que nous avons vu était tragique (...) le conteneur était rempli de gens. Ils étaient tombés les uns sur les autres, et sur le sol. Il y avait tellement de monde", raconte un autre témoin. Quant aux parents, ils affirment que les victimes étaient "des gardiens de troupeaux, des commerçants, des étudiants, (mais) pas de combattants".
Les corps ont été déposés dans un terrain vague, un endroit dans lequel des enquêteurs d'Amnesty International ont pu découvrir "les restes de plusieurs squelettes disloqués encore dispersés sur le sol".

Le tragique événement s'est produit dans une région devenue indépendante du Soudan en 2011, après des dizaines d'années de guerre contre le pouvoir central. Las, deux ans plus tard, la guerre civile faisait rage entre alors que le président en exercice avait accusé l'ancien vice-président de préparer un coup d'Etat.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus