Snapchat : le gouvernement se moque des théories du complot

Par , publié le
Société Kevin Razy dans un clip Snapchat du gouvernement sur les théories du complot
Kevin Razy dans un clip Snapchat du gouvernement sur les théories du complot

Le gouvernement vient d'ouvrir un compte sur l'application Snapchat et apparemment pas pour y faire de la figuration. L'humoriste Kevin Razy a ainsi été sollicité pour décrédibiliser, via un petit film, les théories du complot qui pullulent sur la toile.

Snapchat est une application mobile créée en 2011 permettant de s'échanger photos et vidéos, avec la particularité de voir les contenus partagés s'évaporer au bout de 24 heures maximum. Une plate-forme pour le moins installée puisque adoptée, aux dernières nouvelles, par près de 100 millions d'utilisateurs.

Et quand on sait que 6 utilisateurs Snapchat sur 10 seraient âgés de 13 à 35 ans, soit un public pas forcément hermétique à toutes les fausses vérités émaillant la toile, l'idée de sensibiliser ce public aux théories du complot apparaît assez pertinente. Après l'arrivée de Barack Obama sur l'application via un compte nommé "WhiteHouse", le gouvernement français débarque ainsi sur Snapchat via un petit film appelant à se méfier des sites conspirationnistes.

Théories du complot : le gouvernement fait appel à Kevin Razy sur Snapchat

3 minutes et 34 secondes que l'Élysée a également postés sur le réseau social Twitter pour une meilleure visibilité. Dans ce petit film, l'humoriste Kevin Razy joue deux rôles : celui d'un individu présenté comme crédule et qui approuve sans réfléchir les écrits de sites remettant en cause les versions officielles de faits marquants (attentats de Paris, le premier homme ayant marché sur la lune...). Un autre personnage se charge quant à lui de décrédibiliser ces théories complotistes, en appelant simplement dans le fond à la réflexion de tout à chacun pour ne pas tomber dans le piège de la contestation facile.

Ontemanipule.fr : un site pour aider à repérer les fausses informations de la toile

À la fin du clip, l'internaute est invité à se rendre sur le site ontemanipule.fr afin d'être renseigné sur les manières d'identifier "les fausses informations et les théories du complot [qui] circulent sur internet", telles les hoax, les rumeurs et les photos/vidéos truquées. Rappelons pour finir que suite à un sondage conduit en février 2015 par Opinion Wayen pour l'UEJF (Union des Étudiants Juifs de France), il s'était avéré que 16% des 18-24 ans et 18% des 25-34 ans contestaient la version officielle des attentats de Paris du mois précédent.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article