Sidaction : Les jeunes ont moins peur du Sida, à tort

Par , publié le | modifié le
Santé Le ruban rouge de mobilisation contre le SIDA.
Le ruban rouge de mobilisation contre le SIDA.

Les jeunes Français sont de moins en moins bien informés sur le Sida et craignent moins la maladie. Conséquence directe, le nombre de cas augmente chez les 15-24 ans.

À la veille du début du weekend de la 22e édition du Sidaction, le dernier sondage IFOP sur la sensibilisation de la population française à la maladie vient de paraître. Les résultats de ce dernier sont plutôt inquiétants puisque chez les plus jeunes qui semblent non seulement très mal informés, mais chez qui beaucoup ne semblent pas avoir peur du virus.

Les jeunes ont de moins en moins peur du Sida

Le sondage démontre que 24 % des jeunes interrogés déclarent ne pas avoir peur du sida, une part en hausse de 7 points par rapport à 2015.  « Par manque d’information, les jeunes sous-estiment les menaces du virus et ne se sentent pas concernés par les risques liés à la maladie » estime l’IFOP alors que 22 % des jeunes estiment qu’il existe un traitement pour guérir du virus. Le pourcentage des 15 — 24 ans à se dire bien informé sur le virus est moins important qu’en 2015, ils sont 82 % contre 89 % l’année précédente.

Exemple frappant, 20 % des personnes interrogées par l’IFOP pensent que le virus du sida peut se transmettre en embrassant une personne contre seulement 15 % en 2015.

Un manque d’information

Ce manque cruel d’information est surtout valable chez les plus jeunes. La population de 15 à 17 ans n’est pas assez sensibilisée sur les risques liés à la maladie à l’école et donc, la part de jeunes effectuant un test de dépistage après un rapport sexuel non protégé a chuté de 10 points en un an.

Conséquence directe, en six ans, le nombre de personnes âgées de 15 à 24 ans infectées par le virus du Sida a augmenté de 24 %. L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 001 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans à 24 ans.

Crédits photos : Africa Studio/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus