Sida : Les plaintes contre les affiches de prévention classées sans suite

Par , publié le
Société
Campagne de l'association Aides luttant contre le Sida

La plainte de certains habitants de Laval contre la campagne de prévention de l’association AIDES a été classée sans suite par le parquet.

L’association AIDES n’aura donc pas à se justifier devant le tribunal. Nous vous évoquions le mois dernier l’affaire qui avait ébranlé la ville de Laval après la publication d’affiches de prévention contre le sida dans les rues de la ville.

Émus par la vue de modèles nus sur les photos, des habitants de la ville avaient décidé de porter plainte pour « diffusion d’un message violent ou pornographique contraire à la dignité, accessible à un mineur » auprès du parquet de la ville. Un parquet qui vient de classer la plainte des riverains sans suite selon nos confrères de France Bleu Mayenne.

Jusqu’à 3 ans de prison et 75 000 euros d’amende

Le parquet a certainement attendu que la tension autour de cette campagne d’affichage retombe avant de rendre son verdict. Selon France Bleu Mayenne, le parquet a confirmé aujourd’hui que la plainte des habitants ne recevra pas de suite favorable.

Une bouffée d’oxygène pour l’association AIDES dont les responsables risquaient tout de même 3 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende si le délit avait été confirmé.

Vandalisme sur les locaux

Rappelons que c’est à la suite de l’affichage de la campagne « Révélation » mettant en scène des couples hétérosexuels ou homosexuels dénudés associés au slogan « Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida. »

À la suite de cette campagne d’affichage, les relations entre certains voisins et l’association étaient devenues assez tendues. Les locaux d’AIDES avaient été visés par des jets de projectiles et les affiches avaient été vandalisées avec de la peinture.

Crédits photos : capture d'écran Aides

Partager cet article

Pour en savoir plus