Sida : deux chercheurs israéliens testent une méthode novatrice

Par , publié le
Sciences Photo d'illustration. Une expérience en laboratoire.
Photo d'illustration. Une expérience en laboratoire.

La méthode testée actuellement par deux chercheurs conduirait tout simplement au "suicide" des cellules infectées par le virus du VIH.

Abraham Loyter et Assaf Friedler, deux biologistes de l'Université hébraïque de Jérusalem, testent actuellement une approche nouvelle de lutte contre le virus du sida. Même si pour le moment, il convient de prendre cette nouvelle avec beaucoup de précautions.

Un peptide pour pousser les cellules infectées au "suicide"

Le peptide, qui est à la base de ce traitement relayé par une correspodante de l'hebdomadaire Le Point, permet l'intrusion dans les cellules infectées de copies du virus. Celles-ci seraient poussées à "s'apercevoir qu'elles sont malades, puis à se suicider". Ce principe a un nom, l'apoptose, ou processus d'auto-destruction. De fait, la propagation est stoppée.

Jusqu'ici, rappelle la journaliste Danièle Kriegel, "les chercheurs avaient privilégié la voie menant à la découverte d'inhibiteurs de l'enzyme Integrase qui permet l'intégration du génome du virus dans la cellule, sur une base d'une ou deux copies maximum, de façon à ce que la cellule ne perçoive pas de gros changements". Mais l'échec avait toujours été de mise avec cette méthode.

Une expérience à un stade très peu avancé

Il y a encore de nombreuses barrières à franchir avant de parler de réel espoir de guérison. Car si après huit jours, le nombre de virus présents dans le sang prélevé sur 10 patients, avait baissé de 97%, il ne s'agisait que de tests dans des échantillons. En aucun cas un essai clinique sur des malades humains, ou des animaux.

Ce qui fait dire à notre consoeur de PourquoiDocteur? qu'il est un peu tôt pour s'enthousiasmer : "Combien de traitements qui avaient montré des résultats prometteurs chez l'animal n'ont pas montré d'efficacité chez l'homme ? Le temps de la recherche est long (...) face à l'attente de patients. Mais par respect pour ces derniers, il est nécessaire de savoir raison garder, et de soutenir les efforts des milliers de scientifiques qui consacrent leurs travaux à la lutte contre le VIH..".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus