Serbie : un ministre et 78 autres personnes arrêtés pour corruption

Par , publié le | modifié le
International
L'ex-ministre serbe Slobodan Milosavljević

Le ministre serbe de l'Intérieur vient d'annoncer que 79 personnes dont un ex-ministre ont été interpellées samedi dans le cadre d'une enquête pour corruption.

En ce samedi, le ministre serbe de l'Intérieur Nebojsa Stefanovic vient d'annoncer que des interpellations de masse viennent d'être prononcées à l'encontre de 79 personnes. Ces dernières sont ainsi suspectées de plusieurs délits de corruption pour un préjudice estimé supérieur à 100 millions d'euros.

Le ministre de l'Intérieur de Serbie, cité par nos confrères de Ouest-France, a précisé que "ces personnes ont commis depuis 2004 plusieurs délits de corruption, d'abus de pouvoir [...] qui leur ont permis de dérober plus de 100 millions d'euros. Parmi elles se trouvent un ancien ministre, plusieurs anciens hauts fonctionnaires, des maires et anciens maires ainsi que des directeurs de grandes entreprises."

Soupçons de corruption en Serbie : l'ex-ministre Milosavljević possiblement interpellé

Et si M. Stefanovic n'a désigné cet ex-ministre que par ses initiales S et M, le site internet du tabloïd serbe Blic pense qu'il s'agit de Slobodan Milosavljević. Soit celui qui fut ministre du Commerce de 2001 à 2004 dans le gouvernement de Zoran Đinđić et de 2008 à 2011 sous la présidence de Mirko Cvetković. Le ministre de l'Intérieur a pour sa part ajouté que l'enquête dans le cadre de cette massive affaire de corruption "s'est intensifiée au cours de l'année dernière", mais que la police reste encore sur la trace de cinq suspects.

"La plus grande opération visant à juguler la corruption et le crime financier"

M. Stefanovic considère qu'aucune discrimination n'interviendra dans le traitement de ce dossier d'envergure, que ce soit au niveau du mouvement politique adhéré et du poste occupé : "Il s'agit de la plus grande opération visant à juguler la corruption et le crime financier. Notre lutte contre la corruption ne tiendra compte ni l'appartenance à un parti politique, ni de la fonction." Ces interpellations de masse surviennent alors que le 14 décembre dernier, et conséquemment à un processus de normalisation de ses relations opéré avec le Kosovo, la Serbie a lancé les deux premiers chapitres de négociation d'adhésion à l'Union européenne.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus