Serbie : 5 morts après une fusillade dans un café

Par , publié le | modifié le
International
Illustration. Un pourboire laissé sur la table d'un café.

Samedi dans le nord de la Serbie, un homme a fait irruption dans un café et y a abattu cinq personnes, dont sa femme, et fait une vingtaine de blessés. Son acte aurait été motivé par la jalousie.

Il aurait agi par jalousie. Dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 juin, un homme a fait irruption dans un café de la ville de Zitiste (nord de la Serbie) et y a ouvert le feu, faisant cinq morts dont sa femme ainsi qu'une vingtaine de blessés.

Dans un communiqué de la police serbe partiellement rapporté par nos confrère de Paris Match, on apprend qu'il était 1h40, heure locale, quand l'individu "a fait irruption dans le café et a ouvert le feu à l'aide d'un fusil automatique, tuant son épouse et une autre femme", et d'avoir alors "continué à tirer sur d'autres personnes dans le café".

Fusillade dans un café en Serbie : un apparent acte de jalousie

L'homme, âgé d'une trentaine d'années, a ensuite tenté de prendre la fuite avant d'être rattrapé par les autorités. D'après le ministre serbe de l'Intérieur Nebojsa Stefanovic qui s'exprimait à la télévision, le tireur aurait été motivé dans son acte par la jalousie, en plus de n'avoir pas acquis son arme dans les règles.

M. Stefanovic a semblé se surprendre des faits, ces derniers ayant ainsi été commis par un homme dont le comportement ne laissait apparemment pas présager d'un tel drame : "Nous sommes tous choqués que ce genre de chose ait pu se produire, c'était un homme très tranquille qui n'avait pas de casier judiciaire".

Aucune blessé dans un état critique

Selon la chaîne N1, le trentenaire était rentré une première fois dans le café pour s'y disputer avec sa femme, avant de revenir sur les lieux armé d'un fusil. Suite à son méfait, deux personnes sont mortes sur le coup et trois autres ont succombé à leurs blessures après avoir été transportées à l'hôpital.

On nous informe cependant qu'aucun des autres blessés déplorés, au nombre d'une vingtaine, ne se trouve dans un état préoccupant aux dernières nouvelles.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article