Séminaire PS : Cambadélis attaque Sarkozy pour relancer le parti

Par , publié le | modifié le
France Jean-Christophe Cambadélis lors d'une conférence de presse le 7 mars 2016 à Paris
Jean-Christophe Cambadélis lors d'une conférence de presse le 7 mars 2016 à Paris

Le premier secrétaire du PS, dans un séminaire réunissant des cadres du parti, s’en est violemment pris au candidat Sarkozy en espérant remobiliser ses troupes pour les élections présidentielles.

Pour des raisons de sécurité, il n’y a pas eu, cette année, de rentrée PS à La Rochelle. C’est à la Maison de la Chimie de Paris que Jean-Christophe Cambadélis a convoqué les cadres du parti pour un séminaire moins militant, presque reclus comme dans un bunker. Ce séminaire a été, entre autre, voulu pour contrer les attaques lancées contre le chef d’Etat et le Premier ministre par deux frondeurs entrés en campagne pour la primaire socialiste. Les attaques contre Manuel Valls, lancées par Benoît Hamon, et celles contre François Hollande, lancées par Arnaud Montebourg, ont forcé le premier secrétaire du parti à remettre de l’ordre et à désigner le véritable ennemi de la gauche. Hier, le premier secrétaire du Parti Socialiste a donc ouvert le séminaire par une attaque contre celui qui semble être désigné comme l’épouvantail du PS pour les élections présidentielles : Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, plusieurs membres du gouvernement doivent intervenir au cours de ce séminaire.

Cambadélis s’en prend à Sarkozy sur la question de la République

Pour le premier secrétaire du PS, Nicolas Sarkozy, qui il y a peu a de nouveau fait part de son intention de retourner à l’Elysée, est devenu la cible principale de ses attaques afin de remobiliser ses troupes contre un ennemi commun. M Cambadélis estime notamment que l’ancien président  « a décidé de mener une offensive sans précédent depuis la Deuxième Guerre Mondiale contre les valeurs de la République. Il a décidé de transformer la primaire de la droite en un référendum pour ou contre l’islam. Ce projet est terrifiant. C’est une remise en cause de notre pacte républicain ».

Le chef de file du parti socialiste estime que le candidat à la primaire de la droite a « un vrai programme réactionnaire», «une recentralisation autoritaire autour de l’Etat», une «proximité terrible et une confusion incroyable avec le FN ». Jean-Christophe Cambadélis se félicite notamment que « la délimitation est aujourd’hui facile à faire. Nicolas Sarkozy a emmené la droite à droite mais a dévoilé la véritable nature de celle-ci. Nous ne sommes plus dans le tous contre les socialistes mais dans le choix entre les socialistes et le pacte réactionnaire ».

Le premier secrétaire du PS tente de rassembler les siens

Jean-Christophe Cambadélis a par ailleurs appelé les socialistes à défendre l’actuel bilan du chef de l’Etat et de son gouvernement. Soulignant la baisse récente du chômage ainsi que la réduction du déficit de la Sécurité Sociale, le premier secrétaire du parti socialiste a assuré aux siens que « La bataille sur le bilan, ce n’est pas de la gloriole pour les socialistes, c’est de l’espoir pour les Français ».

Évoquant la primaire de la gauche qui est fixée pour fin janvier 2017, M Cambadélis espère que celle-ci sera l’occasion pour le parti socialiste de « surmonter la fragmentation » du parti mais aussi de clarifier les choses. Répondant aux doutes émis par certains frondeurs sur la loyauté de cette primaire, le premier secrétaire a assuré que « Ces primaires doivent être loyales, transparentes et permettre au final le rassemblement ».

Crédits photos : © AFP/Archives DOMINIQUE FAGET

Partager cet article

Pour en savoir plus