Séisme en Italie : Amatrice porte plainte contre Charlie Hebdo

Par , publié le
International la caricature de Felix dans Charlie Hebdo
la caricature de Felix dans Charlie Hebdo

La mairie d'Amatrice, durement touchée par un séisme le 24 août dernier, porte plainte contre l'hebdomadaire satyrique à cause de deux caricatures.

C'est le parquet de Rieti qui est saisi de l'affaire. La ville d'Amatrice, qui a payé le plus lourd tribut au séisme du 24 août dernier, a décidé de porter plainte contre Charlie Hebdo pour "diffamation".

En cause, des caricatures qui n'ont absolument pas plu, et bien au-delà de la petite ville.

Charlie Hebdo : Les caricatures de la discorde

Une semaine après le séisme, le journal publiait deux caricatures : l'une jouant avec l'image d'Epinal des pâtes italiennes pour figurer les dégâts occasionnés sur les corps meurtris, l'autre suggérant que la mafia avait quelque chose à voir avec les nombreux dégâts matériels.

charlie-hebdo-amatrice-2 charlie-hebdo-amatrice

L'hebdo poursuivi en France ?

Mario Cicchetti, avocat qui parlera au nom de la ville, ne mâche pas ses mots : "C’est une insulte effroyable, insensée et inadmissible envers les victimes d'une catastrophe naturelle". S'il reconnait que "La critique (…) est un droit inaliénable en Italie et en France", il tempère en indiquant que "tout ne peut pas être satire. Dans le cas présent, ces deux dessins offensent la mémoire de toutes les victimes du tremblement de terre et porte atteinte aux gens qui sont survécu et à la ville d’Amatrice".

Même son de cloche chez le ministre de la Justice transalpin : "Ces dessins sont répugnants. Je ne crois pas utile d’aller au-delà dans les commentaires parce que je crois qu’on produit ainsi exactement l’effet recherché (…), c’est-à-dire créer un scandale et donc une discussion et attirer l’attention des médias".

Me Cicchetti évoque le volet judiciaire : "bien que les caricatures ont été publiées en France, il ne fait aucun doute que le caractère diffamatoire est aussi survenu sur le territoire italien". Il n'exclut d'ailleurs pas d'engager des poursuites en France.

Partager cet article

Pour en savoir plus