Seine-Saint-Denis : saisie de plus de 5.000 objets dangereux

Par , publié le
Faits Divers
Voiture de douaniers

La douane a annoncé vendredi avoir procédé à la saisie de plus de 5.000 objets dangereux en Seine-Saint-Denis, incluant notamment plusieurs centaines de couteaux papillons et de bombes lacrymogènes.

Vendredi, par voie de communiqué, la douane nous a appris que les mois de juin et juillet se sont montrés particulièrement prolifiques au niveau des saisies opérées en Seine-Saint-Denis. Deux contrôles menés durant ces périodes par les douaniers du Blanc-Mesnil ont ainsi abouti à la découverte de plus de 2.000 objets assimilables à des armes.

Comme le rapporte l'AFP, ces saisies ont concerné plus de 1.200 couteaux papillons (de ceux dont le repli de la lame peut s'effectuer dans les deux branches du manche), plus de 900 bombes lacrymogènes ainsi qu'au moins une dizaine de bâtons télescopiques électriques (pouvant également être appelés matraques électriques).

Lourdes saisies en Seine-Saint-Denis : des couteaux papillons et du gaz incapacitant

À noter que si ces saisies ont eu lieu dans une entreprise située à Aubervilliers et au sein de ses entrepôts à Aulnay-sous-Bois, c'est dans une autre société basée dans ces mêmes communes qu'un nouveau contrôle a donné lieu, le 21 juillet, à une saisie plus importante encore. Cette dernière a ciblé plus de 3.000 aérosols de gaz incapacitant, de ceux de type "bombes au poivre".

Des sociétés n'étant pas liées entre elles

La direction régionale des douanes de Paris-Est a fait savoir que ces saisies sont la résultante d'une "veille permanente" menée sur les contrefaçons dans l'import-export de textile. Elle a également communiqué sur le fait que les deux sociétés d'import-export concernées ne tissaient aucun lien entre elles. Elles apparaissent toutefois en assez mauvaise posture face à la justice puisque leurs dirigeants n'ont pas été capables de présenter des documents leur autorisant la détention et la vente de ces produits. C'est au service national de la douane judiciaire qu'il reviendra de poursuivre l'enquête, en rappelant que depuis le début de l'année, les douaniers du Blanc-Mesnil ont déjà saisi près de 16.000 armes de nature semblable.

Partager cet article

Pour en savoir plus