Seine-Saint-Denis : un restaurateur refuse deux clientes voilées et reconnaît avoir "pété un câble"

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Un serveur portant des plats.
Photo d'illustration. Un serveur portant des plats.

Samedi en Seine-Saint-Denis, un restaurateur a exclu deux clientes voilées de son établissement, estimant que "tous les musulmans sont des terroristes". Le lendemain, il a reconnu avoir "pété un câble" et présenté ses excuses aux personnes offensées par son attitude.

Ce restaurant de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) ne s'est vraisemblablement pas offert la meilleure publicité qui soit. Samedi, le gérant de l'établissement a ainsi refusé deux clientes voilées et les a invitées à quitter les lieux. Durant l'incident, l'une d'entre elles a filmé la scène à l'aide de son téléphone.

Après avoir possiblement tenu des propos racistes, le restaurant a déclaré à ces femmes que "tous les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont des terroristes". Et d'ajouter qu'il a le droit d'exprimer son opinion puisque résidant dans un pays laïque.

Deux clientes voilées non servies : le restaurateur présente ses excuses

Les clientes se sont défendues avec un calme apparent, avant que le dirigeant du restaurant ne leur indique que "des gens comme vous, j'en veux pas chez moi, point barre." Et de les inviter à partir. L'une de ces femmes va ensuite recevoir un appel téléphonique pour y répondre la voix visiblement marquée par l'attitude du restaurateur.

BFMTV.COM rapporte que le lendemain, après avoir donné des explication à de jeunes musulmans venus à sa rencontre, le gérant a demandé le pardon de ses deux clientes, et plus généralement de la communauté musulmane : "J'ai pété un câble […] Je tiens à m'excuser devant les caméras de mes paroles qui ont dépassé mes pensées".

Le gérant perturbé par la polémique sur le burkini

L'homme a expliqué s'être comporté ainsi suite à la polémique autour du port du burkini en France, en précisant qu'un de ses amis était mort au Bataclan le soir du 13 novembre 2015. Pour l'un de ses interlocuteurs, il existe "un problème d'éducation de la population" et une nécessité d'apprendre "ce qu'est vraiment l'islam".

Aux dernières nouvelles, ses deux clients exclues avaient toujours l'intention de déposer plainte. Dimanche, une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour "discrimination à caractère racial".

Crédits photos : Shutterstock.Com

Partager cet article

Pour en savoir plus