Seine-et Marne : Les deux trafiquants achetaient leurs armes sur Internet

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration
Photo d'illustration

À Meaux, les forces de l’ordre ont arrêté deux trafiquants d’armes qui se fournissaient tout simplement via Internet.

On trouve de tout sur Internet et malheureusement, du bon et du moins bon. Deux hommes de 21 et 29 ans viennent d’être arrêtés pour trafic d’armes en Seine-et-Marne. Des armes achetées en toute simplicité par le biais d’Internet.

Acheter des armes sur Internet, rien de plus simple

C’est tout d’abord vers le plus jeune des deux hommes que les soupçons des enquêteurs se sont tournés. Soupçonnant la présence d’une arme à feu dans un colis postal qui devait être livré à l’homme de 21 ans, le parquet de Meaux (Seine-et-Marne) avait autorisé, lundi, la surveillance de la livraison de ce colis suspect par la douane.

Le fameux flair de douanier a une nouvelle fois payé puisque dans le colis se trouvaient plusieurs pistolets de type Glock, une arme très prisée pour sa simplicité d’utilisation et sa robustesse. Le destinataire du colis a tout de suite reconnu qu’il savait qu’il s’agissait d’une livraison d’arme, mais ce dernier ne servirait que d’intermédiaire pour l’acheteur réel, un trafiquant d’arme de 29 ans.

Un arsenal impressionnant

Le trafiquant présumé a été arrêté dans la foulée par les enquêteurs et a également reconnu les faits. L’homme cachait son arsenal chez sa sœur. Dans le pavillon, les policiers découvrent un stock d’armes impressionnant constitué de sept pistolets automatiques dont deux Glock et un colt 45, deux fusils à pompe et quatre fusils d’assaut M-16 utilisé habituellement par les G.I de l'armée américaine. 1.600 munitions seront également saisies.

Pour se procurer cette quantité astronomique d’armes, l’homme de 29 a expliqué aux enquêteurs qu’il lui suffisait simplement d’effectuer ses emplettes sur un site web tchèque peu regardant sur ses clients. La plateforme accepte de vendre des armes à la condition que l’on déclare, sans avoir à se justifier, que l’on officie dans les forces armées officielles d’un pays. Une simplicité qui fait froid dans le dos.

Partager cet article