Sécurité routière : le réseau routier français se dégrade

Par , publié le
France

Très envié par nos voisins européens, le réseau routier de France est pointé du doigt par l’association « 40 millions d’automobilistes » qui publie,ce jour,une enquête alarmante sur l’état de nos routes dans le quotidien « Le Parisien ».

Ce vendredi  11 novembre, l’association « 40 millions d’automobilistes » publie dans « Le Parisien » les résultats d’une enquête sur l’état du réseau routier français. Réalisé sous forme d’un livret intitulé « J’ai mal à ma route »,ce document recense notamment les trois routes les plus dégradées dans chaque département ainsi que 31.186 signalements de détériorations relevées par des automobilistes via la page jaimalamaroute.com, entre le 26 novembre 2015 et le 1er mars 2016.

Un accident sur deux serait dû à une route en mauvais état

L’association « 40 millions d’automobilistes » souhaite, par le biais de cette enquête, démontrer aux pouvoirs publics que le maintien des routes en bon état est primordial dans la lutte contre la mortalité au volant. Elle rappelle pour cela un projet  de loi relatif à la sécurité des infrastructures et systèmes de transport qui indiquait : « 47% des accidents de la route comportent des facteurs se rapportant à l'infrastructure ».

Par ailleurs, les chiffres de la mortalité sur les routes sont en hausse de +0,8% en 2016 par rapport à l’an dernier. Pierre Chasseray, président de « 40 millions d’automobilistes » déplore qu’ « il est inadmissible de voir nos routes se dégrader sans la moindre réaction des pouvoirs publics ».

Une dégradation continue

L’Union syndicale de l'industrie routière, qui se charge notamment de l'entretien du réseau routier, déplore avoir perdu 30 % de son activité depuis 2007. Elle remet en cause le manque d’implication de l’Etat et le manque de budget attribué aux départements pour assurer un réseau de qualité. De son côté, le syndicat des équipements de la route affirme que 40 % des panneaux de signalisation installés en France ne sont pas conformes.

Par ailleurs 75% des sondés déclarent que des routes mal entretenues et mal signalisées sont une source d'inquiétudes au volant. En septembre 2015 déjà, un sondage « Opinion Way », réalisé pour le Syndicat des équipements de la Route, démontrait que « 42% des Français pensent que l'état des routes communales a empiré ces dernières années ».

La réaction de l’Etat

L'Etat, qui gère à lui seul le réseau de 20.000 km se défend, malgré les chiffres accablants, d’être négligeant en matière de sécurité routière. Un conseiller du ministre des Transports précise que « cette année, nous consacrons 300 M€ à la réfection des nationales, ce qui représente 400 chantiers » ajoutant que « Nous avons triplé les crédits dédiés à l'entretien des infrastructures depuis 2012. »

Partager cet article