Sclérose en plaques : redoutée par 89% des Français

Par , publié le
Santé Photo d'illustration. Une personne en fauteuil roulant.
Photo d'illustration. Une personne en fauteuil roulant.

Un nouveau sondage de l'Ifop révèle que 89% des Français craignent la sclérose en plaques, quand un sondé sur quatre estime à tort que les patients de cette maladie deviennent stériles.

Le 25 mai n'est pas seulement la Journée nationale de lutte contre les hépatites virales. Cette date est ainsi également celle de la Journée mondiale de la sclérose en plaques. À cette occasion nous sont rapportés les résultats d'un sondage conduit en ligne par l'institut Ifop auprès de 988 personnes majeures.

Parmi les chiffres les plus notables de l'enquête, nos confrères de Pourquoi Docteur ? rapportent ces 89% de sondés redoutant la maladie. Cette proportion n'ignore en effet pas que la sclérose en plaques peut toucher une population jeune et qu'elle évolue au cours de l'existence du malade, en plus de se vouloir incurable.

Stérilité : pas une fatalité pour les victimes de sclérose en plaques

Les personnes interrogées ne sont en revanche que 56% à être conscientes que la sclérose en plaques cible davantage la gente féminine, à raison de trois femmes pour un homme. Ils sont également 25% à estimer, à tort, que les malades perdent leur faculté à procréer.

La moitié des sondés ignorent que les personnes atteintes de sclérose en plaques peuvent aussi être touchées par des cas de constipation ou de dysfonction sexuelle. Autres données inconnues par moins d'une personne interrogée sur deux, celles de patients souvent concernés par des troubles de la continence, de l’élocution, de la mémoire ou encore de la concentration.

91% des Français conscient de la paralysie

Quand il s'agit de mentionner les signes distinctifs de la maladie, 91% des sondés évoquent la paralysie, 88% les pertes d'équilibre et 83% les tremblements.

Selon les patients, les symptômes peuvent disparaître de manière plus ou moins prononcée. Au terme d'une période pouvant allant de 5 à 20 ans, le patient peut se retrouver dans une situation où le handicap se développe continuellement. En dépit du caractère non soignable de la sclérose en plaques, des traitements existent pour permettre de gérer l'intensité des poussées, et ultimement améliorer le quotidien des malades.

Crédits photos : Photographee.eu/Shutterstock.com

Partager cet article