Savigny-sur-Orge : un homme meurt en discothèque après un salto manqué

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Ambiance discothèque.
Photo d'illustration. Ambiance discothèque.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un homme de 32 ans a trouvé la mort dans une discothèque de Savigny-sur-Orge, après avoir raté un salto arrière.

Les faits à l'origine du drame se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi à Savigny-sur-Orge (Essonne). Une homme de 32 ans est décédé à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), après sa prise en charge par les secours. Un peu plus tôt, il avait tenter de réaliser un salto arrière sur la piste de danse d'une discothèque.

Essonne : mort après un salto manqué

"Quand le jeune homme est tombé, des gens ont continué à danser. La musique n’a pas été arrêtée tout de suite. Pareil pour la lumière qui n’a été rallumée que plus tard. C’était irréaliste". Ces mots, rapportés par Le Parisien, émanent d'une jeune femme qui a raconté sa vision du drame. D'autre part, une source policière a indiqué qu'à la suite de sa tentative de salto arrière "Sa tête a percuté le sol et il a fait un arrêt cardio-respiratoire".

Si les secours sont intervenus rapidement et on réussi à ranimer la victime, il décèdera peu après son admission à l'hôpital.

Une soirée sous tension

Toujours dans le quotidien, l'on peut lire ce témoignage d'une cliente de la discothèque : "Des filles ont fait des crises d’angoisse. Une dispute a éclaté dans le fumoir. Ce qui a suscité les conflits, c’est l’incompréhension. Tout le monde disait qu’il était mort. Sur le coup, j’ai pensé qu’il avait fait un coma éthylique". Les forces de police ont dû faire évacuer le lieu tandis que dehors, les esprits s'échauffaient.

Une cliente raconte : "Les conflits ont persisté. Des jeunes ont essayé d’agresser la police. On a eu tellement peur qu’on est resté caché dans la voiture en attendant que les choses se calment". Un homme a été interpellé pour violence et rébellion, relâché dans la journée de mercredi et sera convoqué plus tard.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus