Sarkozy estime que Hollande est "fini"

Par , publié le
Politique
Nicolas Sarkozy le 7 février 2015 à Paris

Samedi, durant les états généraux de sa fédération de Paris, le leader des Républicains Nicolas Sarkozy a déclaré que François Hollande est "fini" et que son parti représente désormais "la seule alternative au Front national".

Un peu plus de trois ans après sa défaite face à François Hollande lors de la présidentielle de 2012, le chef des Républicains Nicolas Sarkozy apparaît aujourd'hui certain que son ancien adversaire ne rempilera pas pour un second mandat en 2016.

Samedi se tenaient les états généraux de sa fédération de Paris, et l'ex-exécutif d'y avoir insisté sur la prétendue incapacité du Parti socialiste à faire face au parti de Marine Le Pen : "La seule alternative au Front national, c'est nous. Ne vous préoccupez pas trop de François Hollande. C'est fini. Pas une personne ne peut penser qu'ils [ndlr : les socialistes] sont rattrapables. [André] Santini disait qu'ils avaient tellement chuté qu'ils allaient trouver du pétrole. François Hollande, lui, est au niveau du gaz de schiste".

Nicolas Sarkozy : "François Hollande, lui, est au niveau du gaz de schiste"

Dans des déclarations rapportées par nos confrères de RTL, l'ancien chef de l'État a ajouté que "l'alternance ne repose que sur nos épaules". Il en a d'ailleurs profité pour saluer la candidate Les Républicains (LR) aux élections régionales en Île-de-France Valérie Pécresse, récemment mise en cause dans une affaire de fraude présumée  : "Elle m'épate dans sa façon de faire campagne."

Régionales : "Il faut éviter le drame de l'élection d'un représentant du FN"

Nicolas Sarkozy a également réservé quelques mots de son discours au Front national contre qui il entend donc mener bataille, en particulier lors des élections régionales de décembre : "[Marine Le Pen] s'est aperçue il y a un mois que son père était infréquentable. Nous, ça fait 30 ans qu'on le sait. Il faut éviter le drame de l'élection d'un représentant du FN avec lequel nous n'avons rien à voir." Et comme pour se désolidariser un peu plus de Nadine Morano après les propos tenus par la députée européenne dans On n'est pas couché, le leader des Républicains a de même lancé le message suivant : "Vous êtes les bienvenus chez Les Républicains si vous aimez la France, vous croyez en la France, si vous parlez français, vous aimez la culture française, le mode de vie français. Vous êtes les bienvenus quels que soient votre couleur de peau, votre origine, votre religion, votre vote lors des dernières élections."

Crédits photos : © AFP/Archives Alain Jocard

Partager cet article