Médecine : un cerveau miniature et un crâne découverts dans une tumeur ovarienne

Par , publié le
Insolite
Une radio du cerveau - Photo d'illustration

Une structure similaire à un crâne humain s’était développée dans la tumeur ovarienne d’une jeune fille de 16 ans. Les chirurgiens l’ont découvert alors que la patiente venait se faire opérer de l’appendicite.

Le titre semble tout droit sorti d’un récit de science-fiction et pourtant, c’est bien ce qu’ont découvert des chirurgiens japonais lors d’une opération sur une jeune fille de 16 ans.

Alors qu’elle venait se faire opérer d’une banale appendicite, les médecins ont découvert un minuscule cerveau, d’un crâne et de quelques cheveux à l’intérieur qui se développaient dans le corps de la patiente.

Une découverte presque par hasard

Cette histoire très rare dans le milieu médical a été relayée dans la revue scientifique Neuropathology. Alors que les médecins découpaient la tumeur découverte lors de l’appendicectomie, ils ont très vite remarqué que cette dernière comportait une structure peu commune. Des touffes de poils sont en effet apparues sous les scalpels.

En « creusant » un peu plus, c’est une structure cérébrale de 3 centimètres de large recouverte d’une mince plaque d’os crâniens que les chirurgiens ont extraits de la tumeur. Ce type de tumeur est nommé « tératome » dans le jargon médical, un nom dérivé de la langue grecque dans laquelle Teras signifie « monstre ».

Un cervelet en développement

Après analyse du tératome, les médecins ont découvert une sorte de petit cervelet, que l’on retrouve sous les deux hémisphères d’un cerveau « complet ». Ce dernier comportait également une ébauche de structure qui lie d’habitude la moelle épinière au cerveau.

Si les tératomes ne sont pas si rares, ceux qui ressemblent à un cerveau adulte le sont un peu plus. La plupart du temps, on retrouve des dents, du cartilage, de la graisse ou encore des cheveux. Dans le cas d’une ébauche de cerveau, la patiente peut présenter des symptômes psychiatriques et des dérèglements psychologiques.

Dans le cas présent, la jeune fille opérée n’avait pas ce type de symptôme et s’est très rapidement remise de l’opération.

Partager cet article

Pour en savoir plus