Obésité : 13% de la population adulte mondiale en surpoids

Par , publié le | modifié le
Santé Photo d'illustration. Homme en surpoids.
Photo d'illustration. Homme en surpoids.

En l’état actuel des choses en matière de santé publique, 1 personne sur 5 pourrait souffrir d’obésité en 2025 dans le monde.

Le constat est alarmant et le pire, c’est que la situation ne semble pas prête à s’inverser. Selon une étude conjointe internationale (200 pays) sur l’indice de masse corporelle (IMC) dévoilée jeudi soir et reprise par Reuters, plus de 640 millions de personnes sont en surpoids ou obèses sur la planète. Le poids moyen de la population mondiale a augmenté de 1,5 kg par décennie durant les quarante dernières années.

La population mondiale n’en finit plus de grossir

Entre 1975 et 2014, nous sommes passés de 105 millions de personnes obèses à 641 millions soit plus de 13 % en 40 ans seulement. Dans le détail, l’IMC moyen des hommes est passé de 21,7 à 24,2 sur les quarante dernières années alors que celui des femmes a fait un bon de 22,1 en 1975 à 24,4 e, 2014.

Les plus mauvais élèves dans le monde sont la Chine et les États-Unis suivis par le Brésil, la Rusise et l’Inde. La France de son côté n’est pas trop mal lotie puisqu’elle figure parmi les bons élèves dans les pays étudiés. Après avoir été classée à la 5ème place concernant l’obésité masculine en 1975, et 8ème pour celle touchant les femmes, elle a perdu 5 places en 2014.

20 % de personnes obèses en 2025

Si aucune politique efficace n’est mise en place pour endiguer le phénomène, en 2025, 18 % des hommes et 21 % des femmes seront obèses. Il se peut qu’une personne sur 5 dans le monde soit obèse dans 10 ans.

Selon Majid Ezzati, spécialiste de la santé publique et l’un des auteurs de l’étude cité chez nos confrères d’ActuSanté.net : "cette épidémie d’obésité sévère est trop importante pour être résorbée en utilisant des médicaments, qu’il s’agisse de traitements permettant de réduire la tension artérielle, d’antidiabétiques, ou en ajoutant quelques pistes cyclables". Pour lui, la solution passe par un prix moins élevé pour les produits alimentaires sains et a contrario une augmentation des prix des aliments trop sucrés.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus