Saint-Brieuc : la mariée de 28 ans soupçonnée d'abus de faiblesse sur son époux de 82 ans

Par , publié le
France Illustration. Le mariage.
Illustration. Le mariage.

En avril 2015, quand ce couple au grand écart d'âge vient fêter son mariage dans un restaurant, l'état général du marié du marié avait inquiété le restaurateur. La jeune femme est passée devant le tribunal.

Loin de nous l'idée inconvenante de penser qu'un grand écart d'âge dans un couple est nécessairement louche, et ce n'est pas ce qui a motivé ce restaurateur de Saint-Brieuc à alerter le procureur de la République en 2015 quand il reçoit un homme et une femme tout juste passés devant M. le Maire.

54 ans d'écart : la mariée est-elle coupable d'abus de faiblesse ?

Ce 28 avril 2015, raconte Ouest-France, 9 personnes prennent place dans un restaurant afin de célébrer l'union d'une femme de 28 ans et d'un homme de 82 ans. C'est pendant le repas que le restaurateur remarque que le mari est attablé seul, visiblement sans appétit et présentant les signes d'un état psychique dégradé.

Une fois le procureur de la République alerté, celui-ci s'aperçoit que le vieil homme avait été mis sous tutelle à la suite d'un accident vasculaire cérébral. Le juge en charge des tutelles ne s'était alors pas opposé à l'union, pas plus que ministère public qui avait été saisi par la mairie de Saint-Brieuc.

Abus de faiblesse ? Verdict de la justice à la fin du mois

La jeune femme est cependant poursuivie devant le tribunal correctionnel pour abus de faiblesse. Le médecin qui a procédé à l'examen du vieil homme a conclu que ce dernier était inapte à s’orienter dans le temps et l’espace.

La mariée, présentée comme l’aide de vie de son mari, nie : "Je n’ai jamais été aide-soignante (...) Il m’a demandé d’arrêter mon boulot, je suis restée avec lui. J’ai appris à l’aimer, malgré la différence d’âge". Pour autant, l'avocat de la partie civile estime qu'elle ne pouvait pas ignorer l’état de faiblesse de son futur mari. A l'inverse, l'avocate de l'accusée rappelle que les différents intervenants ont donné leur accord à ce mariage. Néanmoins, le procureur a requis 10 mois de prison de sursis, et le verdict sera rendu le 28 juin prochain.

Crédits photos : Ivan Galashchuk / Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus