Le Safety Check de Facebook peut être déclenché par ses membres

Par , publié le
Web
Application "Safety Check" de Facebook

Tristement popularisée à l'occasion des attantats du 13 novembre 2015, la fonction Safety Check devient communautaire, et son activation ne naîtra plus de la seule volonté de Facebook.

Il y a un peu plus d'un an, des millions d'usagers du réseau social découvraient sur leur fil d'actualité que tel ou tel de leurs amis se trouvait en sécurité après les attaques sanglants du 13 novembre 2015. La fonctionnalité Safety Check de Facebook avait été activée, pour la première fois dans un contexte d'attentat.

Un déclenchement par Facebook si plusieurs signalements

Depuis le 17 novembre dernier, cette fonction devient communautaire. En clair, imaginons que plusieurs statuts d'utilisateurs signalent une inondation dans une ville. Ces membres verront un message s'afficher et leur demandant s'ils se trouvent en sécurité. Ce message les enjoindra également à le demander à leur tour à leurs amis localisés dans la même région.

Pour Naomi Gleit, vice-présidente du réseau social, l'objectif est simple : "Nous pensons que les personnes les plus proches d'une catastrophe devraient jouer un rôle plus important dans le déclenchement du Safety Check".

Des dérives possibles

C'est un moyen pour Facebook de répondre aux critiques relatives à l'usage du Safety Check. En effet, le double-attentat de Beyrouth perpétré la veille de ceux de Paris n'avait pas "suffi" à activer le déclenchement. Ou alors les équipes techniques l'avaient emis en place trop tard, comme après l'attentat de Nice.

Mais cette nouvelle dimension communautaire pourrait également faire l'objet de dérives. En effet, imaginons que plusieurs membres du réseau signalent un danger qui n'existe pas dans un même lieu. Le Safety Check se déclenchera alors et pourrait créer un mouvement de panique, qu'il soit virtuel ou bien réel, inutile.

Crédits photos : capture d'écran

Partager cet article

Pour en savoir plus