Russie : deux sites pornographiques interdits

Par , publié le
Web Photo d'illustration. Pornographie en ligne.
Photo d'illustration. Pornographie en ligne.

Jeudi, la Russie a indiqué avoir interdit et bloqué sur son territoire deux sites pornographiques que sont YouPorn et PornHub. Une décision qui pourrait être levée seulement "après un changement complet du catalogue des sites".

Après que les tribunaux de Vladivostok (Extrême-Orient russe) et de la région de Voronej (sud) ont rendu un verdict allant dans ce sens, la Russie, par l'intermédiaire de l'agence gouvernementale de surveillance des télécommunication Roskomnadzor, a interdit et bloqué mardi sur son territoire deux sites pornographiques.

Les plates-formes en question sont YouPorn et PornHub. Le porte-parole de Roskomnadzor Vadim Ampelonski a fait savoir à l'agence Ria Novosti qu'il n'était pas exclu que cette décision soit ultérieurement levée, sauf que cette situation découlerait alors d'"un changement complet du catalogue des sites" assez peu vraisemblable.

PornHub et YouPorn interdits sur l'ensemble de la Russie

Sur un ton d'apparence humoristique, PornHub a réagi en demandant à l'agence, sur le réseau social Twitter, si cette interdiction pourrait prendre fin en échange d'un compte Premium. Ce à quoi Roskomnadzor a répondu : "Désolé, nous ne sommes pas sur le marché et la démographie n'est pas une marchandise."

Et de conseiller aux internautes n'ayant qu'assez peu goûté à cette prohibition d'en profiter pour "rencontrer quelqu'un dans la vraie vie". Les réactions observées sur la plate-forme de l'oiseau bleu ont semblé témoigner d'une considération relative de cette double interdiction, la pornographie étant ainsi connue pour abonder sur la toile.

Une prohibition déjà partiellement effective à Krasnodar

Il convient de préciser que le site PornHub est déjà interdit à Krasnodar (Nord-Caucase) depuis maintenant environ un an sur décision du tribunal de la ville. La justice aura également délivré pareille sentence à l'encontre de dix autres sites de vidéos pornographiques, ayant estimé que ces plates-formes enfreignaient les lois sur la protection des enfants contre les "informations nuisibles".

On attendra un ou deux ans pour constater si, oui ou non, ces blocages ont amélioré de manière notable le taux de naissances à Moscou. Et un internaute russe d'appeler le gouvernement à jouer le jeu : "Les autorités se sont occupées de la fermeture de PornHub, il est temps qu’ils s’attaquent à la diminution du prix des moyens de contraception en Russie."

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus