Rumeurs d'attentat par SMS, la police demande de ne pas les propager

Par , publié le
France Image d'illustration. Une femme qui consulte un SMS.
Image d'illustration. Une femme qui consulte un SMS.

Depuis les attentats de Paris circulent par SMS des rumeurs d'attentat appelant à éviter certaines zones. Ces fausses alertes ou canulars ont pris une grosse propension vendredi, obligeant la police à émettre un communiqué.

Hier, la préfecture de police de Paris a lancé un appel : "Ne propagez pas les rumeurs". En effet, depuis le soir des attentats de Paris le 13 novembre, de fausses rumeurs d'attentat circulent de manière virale par SMS et sur les réseaux sociaux comme Facebook. Le phénomène avait connu une certaine accalmie depuis quelques semaines mais vendredi une rumeur infondée a pris une grosse proportion forçant, cette fois, la préfecture de police à réagir.

Un scénario toujours identique

Selon les forces de police, les rumeurs sont toujours montées de la même façon. Les messages parlent d'un ami membre de la police très bien renseigné qui met en garde et recommande d'éviter telle ou telle zone, parfois des quartiers de Paris, parfois les centres commerciaux ou autres lieux fréquentés.

Voici un exemple de rumeur circulant par SMS construite sur ce modèle: "J'ai reçu ça mes boys... On ne sait jamais : "Désolée de vous affoler mais... Info absolument vérifiée / sûr sûr sûr / pas encore à la télé (les journalistes n'ont pas encore le droit d'en parler) : Grosse menace terroriste entre Place de Clichy/Opéra/Pigalle. Evitez de sortir là bas ce soir. Info exclu qui arrive de ya 10 min du quai des Orfèvres ! Prévenez vos proches."

Une fausse rumeur provenant d'une surinterprétation d'une note de police

Le message circulant vendredi parlait quant à lui d'une menace d'attentat dans les centres commerciaux parisiens. Dans ce cas, il ne s'agit pas d'un canular mais d'une surinterprétation d'une note interne de la police. Après l'arrestation de 4 adolescentes cette semaine, la police a émis une note interne appelant à la vigilance dans les centres commerciaux. La fuite de cette note interne a créé une mauvaise interprétation qui a conduit à cette rumeur infondée.

La préfecture de police de Paris précise qu'elle ne souhaite pas commenter "une note interne à simple vocation opérationnelle et de précaution qui n'a aucunement à être publique" et souligne que "les informations officielles sont diffusées via les réseaux sociaux et sites officiels de la préfecture de police".

Partager cet article

Pour en savoir plus